Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« or »»»

« or » dans :
Du Bellay
1549
~ De grand’ Beauté…
~ Ces Cheveux d’or sont les Liens…
1550
~ Ces cheveux d’or, ce front…
~ Rendez à l’or…
~ Ni par les bois…
1558
~ Sur la croupe d’un mont…
Tyard
1551
~ Ô, de mon jour…
Ronsard
1552
~ Un chaste feu…
~ Ce beau corail…
~ Avec les lis…
~ Ô doux parler…
~ Ni voir flamber…
~ Ni ce corail…
~ Son chef est d’or…
~ Le feu jumeau…
~ Que Gâtine ait…
~ Un grand rocher…
La Haye
1553
~ Petite porte…
Tahureau
1554 [1870]
~ Si d’un Horace…
Le Caron
1554
~ Claire en beauté…
~ Ni les honneurs…
Fontaine
1555
~ Mon petit fils… [strophes 3 & 6]
Philieul
1555
~ Grâces qu’à peu… (Canz. 213)
Magny
1557
~ Je cherche paix…
Buttet
1561
~ De quel rosier…
~ Toujours ne sera d’or…
~ Ô blonds cheveux…
Turrin
1572
~ Et pour néant…
~ Cet œil, cet or…
Goulart
1574
~ Ni le plaisant palais…
Chantelouve
1576
~ En noble sang…
Boyssières
1578
~ Amour, Mars, Apollon…
Le Loyer
1579
~ Sous un voile mortel…
Courtin de Cissé
1581
~ Ô doux propos…
La Jessée
1583
~ Le Dieu Vulcain…
~ L’aveugle Archer…
~ Ni l’or qui va dorant…
Blanchon
1583
~ Le Printemps gracieux… [strophe 13]
Jacques de Romieu
1584
~ Jodelle va louant…
~ Que servent ces œillets…
~ Ni ce miel qui si doux…
Pontoux
1585
~ Tant puissante est l’ardeur…
d’Avost
1587
~ L’Or de ces beaux cheveux…
Perrin
1588
~ Tant heureuse est…
Desaurs
1589
~ Le poil, l’œil, le devis…
Lasphrise
1597
~ J’ai vu les belles fleurs…
~ Phèbe, Cypris, Pithon…
Nostredame
1606
~ Pensons un peu…
Claude Garnier
1609
~ Ces feux jumeaux…
Certon
1620
~ L’épouvantable plant…
~ Qui vante qui voudra…
Lope de Vega (Lancelot, traducteur)
1622
~ Tous les ruisseaux ouverts…

~#~














 

Or. Reluisant, jaune, corrom­peur, donne-vie, précieux, ôte-soin, blondis­sant, chasse-peine, riche, incor­rup­tible, splen­dis­sant, monnayé, monnayeur, radieux, affi­né, tout-puissant, bruni, clair, éprou­vé, labo­rieux, miné­ral, confort de l’homme, audacieux, étran­ger, ondoyant, glueux, l’orne­ment des dieux, noble, pesant, aveugle, pur ou épu­ré, ambi­tieux, mol, blandis­sant, dési­ré, fatal, mali­cieux, plaisant, envieux ou envié, flexible ou tissu, indus­trieux, luisant, royal, solide.

Ce qui rend l’or précieux par dessus les autres métaux est, que plus souvent et plus longtemps on le met au feu, d’autant en est-il meilleur et plus excel­lent. Même son poids n’est point dimi­nué ni rongé par choses aigres, comme par sel, nitre, vinaigre, verjus, et n’est point gâté par rouillure, ni les mains en le touchant n’en sont point souillées.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 184r°v° [Gallica, N0050715_PDF_374_375]
(texte modernisé).

[Cheveu d’or. Apollon.]

[Coquille dorée. Lyre.]

[Doré /-ée /-s. Abeille, anneau, arc, arène, armes et armures, atour, Aurore, bouclier, carcan, carquois, Charites, cheveux, citron, col, colonne, conque, coupe, couronne, éperon, épi, étoile, face, frein, Gange, harnois, Hèbre, image, jeunesse ou jouvence, jouven­ceau ou jouven­cel, joyau, justice, lambris, langue, luc ou luth, lyre, manteau, métal, menton, miel, mots, Pactole, paix, palais, pavois, perruque, Phébus, Phœbe, pigeon, pilier, plume, poil, pompe, rai ou rayon, reli­quaires ou reliques, richesses, rondelle, sable, salle, Saturne, sceptre, sentence, siècle, Soleil, splendeur, statue, temple, terme, toison d’or, trésor, tresse, trousse, Vénus, vers, vit.]

[Endorée. Statue.]

[Jaune-dorée. Orange.]

[Orine. Tresse.]

[Voir aussi dorure et argent, métal, plomb ainsi que Acrisie]























Or. Reluisant, iaune, corrom­peur, donne-vie, pretieus, oste-soing, blondis­sant, chasse-peine, riche, incor­rup­tible, splen­dissant, monnoié, monnoieur, radieus, affi­né, tout-puissant, bruni, clair, esprou­ué, labo­rieus, mine­ral, confort de l’homme, auda­cieus, estran­ger, ondoiant, glueus, l’orne­ment des dieux, noble, pesant, aueugle, pur ou espu­ré, ambi­tieus, mol, blandis­sant, desi­ré, fatal, mali­tieus, plaisant, enuieus ou enuié, flexible ou tissu, indus­trieus, luisant, roial, solide.

Ce qui rend l’or pretieus par dessus les autres metaus est, que plus souuent & plus long temps on le met au feu, d’autant en est-il meilleur & plus excel­lent. Mesmes son poix n’est point dimi­nué ni rongé par choses aigres, comme par sel, nitre, vinaigre, veriust, & n’est point gasté par roüillure, ni les mains en le touchant n’en sont point soüillees.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 184r°v° [Gallica, N0050715_PDF_374_375]
(texte original).

[Cheueu d’or. Apollon.]

[Coquille doree. Lyre.]

[Doré /-ee /-ez / -ees. Abeille, anneau, arc, arene, armes & armeures, atour, Aurore, bouclier, carquan, carquois, Charites, cheueus, citron, col, colomne, conque, coupe, couronne, esperon, espi, estoille, face, frein, Gange, harnois, Hebre, ieunesse ou iouuence, image, iouuen­ceau ou iouuen­cel, ioyau, iustice, lambris, langue, luc ou luth, lyre, manteau, menton, metal, miel, mots, Pactole, paix, palais, pauois, perruque, Phœbe, Phœbus, pigeon, pilier, plume, poil, pompe, ray ou raion, reli­quaires ou reliques, richesses, rondelle, sable, salle, Saturne, sceptre, sentence, siecle, Soleil, splendeur, statuë, temple, terme, thresor, toison d’or, tresse, trousse, Venus, vers, vit.]

[Endoree. Statuë.]

[Iaune-doree. Orange.]

[Orine. Tresse.]

[Voir aussi dorure et argent, metal, plomb ainsi que Acrisie]