Guy Le Fèvre de LA BODERIE (1541-1598)
S’il est vrai, mon Dorat…
Anvers, Christofle Plantin, 1571.

S’il est vrai, mon Dorat, ce que Platon doré
En mots dorés écrit, que Dieu formant l’essence
Des nés pour commander, mêla à leur naissance
De l’or pour leur état rendre plus décoré,

Ce n’est pas sans raison que tu sois honoré
Comme Royal poète, et premier prince en France
Sur tant de beaux Esprits que ton Ronsard devance,
Et que ton beau nom soit de tous presque adoré :

Car et ton nom est d’or, et ta Muse dorée
Mais de l’Or beaucoup plus a ton Âme épurée,
Si j’ose bien mêler à mon Français l’Hébreu.
Car la Lumière est Or, aussi disait Pindare
Que l’Or est comme un feu qui sert la nuit d’un Phare,
Comme l’Or de ton nom rayonne en chacun lieu.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

S’il est vrai, mon Dorat, ce que Platon doré
En mots dorés écrit, que Dieu formant l’essence
Des nés pour commander, mêla à leur naissance
De l’or pour leur état rendre plus décoré,

Ce n’est pas sans raison que tu sois honoré
Comme Royal poète, et premier prince en France
Sur tant de beaux Esprits que ton Ronsard devance,
Et que ton beau nom soit de tous presque adoré :

Car et ton nom est d’or, et ta Muse dorée
Mais de l’Or beaucoup plus a ton Âme épurée,
Si j’ose bien mêler à mon Français l’Hébreu.
Car la Lumière est Or, aussi disait Pindare
Que l’Or est comme un feu qui sert la nuit d’un Phare,
Comme l’Or de ton nom rayonne en chacun lieu.

«««  paronomase  »»»
 

En ligne le 09/04/19.
Dernière révision le 09/04/19.