Jean Édouard DU MONIN (1557-1586)
Bouche, riche cité…
Paris, Guillaume Bichon, 1585.

La Bouche. 2.

Bouche, riche cité, qui divinement close
De deux murs corallins rondement compassés,
Effaçant tous rubis au pur or enchâssés,
Renferme les trésors qu’ore emboucher je n’ose.

Ô de deux rangs perleux mignarde Bouche enclose !
Par l’oreille attirant les cœurs de roc forcés,
Ô suave fiole, où fleurent dispersés
Les précieux parfums parfumés d’eau de rose.

Ô bouche de Sirène, en qui gît le pouvoir
De faire que Jupin face des cieux pleuvoir
Une manne sucrée ! Hé, débouche-toi, Bouche,

Ne crains que débouchant tes trésors resserrés,
Je butine ton or : Car qui dans toi s’embouche,
Bouche, il bouche en ton clos ses esprits égarés.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

La Bouche. 2.

Bouche, riche cité, qui divinement close
De deux murs corallins rondement compassés,
Effaçant tous rubis au pur or enchâssés,
Renferme les trésors qu’ore emboucher je n’ose.

Ô de deux rangs perleux mignarde Bouche enclose !
Par l’oreille attirant les cœurs de roc forcés,
Ô suave fiole, où fleurent dispersés
Les précieux parfums parfumés d’eau de rose.

Ô bouche de Sirène, en qui gît le pouvoir
De faire que Jupin face des cieux pleuvoir
Une manne sucrée ! Hé, débouche-toi, Bouche,

Ne crains que débouchant tes trésors resserrés,
Je butine ton or : Car qui dans toi s’embouche,
Bouche, il bouche en ton clos ses esprits égarés.

 

En ligne le 02/02/20.
Dernière révision le 02/02/20.