««« épe­ron »»»

« épe­ron » dans :
Marot
1539
~ Ô pas épars…
Chante­louve
1576
~ Ô pas épars…

~#~














 

Éperon. Poi­gnant, réveille-che­val, aigu ou ai­guil­lon­nant, cré­nelé, pi­quant, im­por­tun, poin­tu, sti­mu­lant, ta­lon­neux, den­te­lé, prompt, do­ré, san­glant ou en­san­glan­té, pro­vo­cant.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 94r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_194]
(texte modernisé).

[Éperon d’amour. Musc.]

[Épe­ron­neux. Aiguil­lon.]

[Voir aussi bride, frein, rêne.]


 

«««  #  »»»

Esperon. Poin­gnant, resueille-che­ual, agu ou aguil­lon­nant, cre­ne­lé, pi­quant, im­por­tun, poin­tu, sti­mu­lant, ta­lon­neus, den­te­lé, prompt, do­ré, san­glant ou en­san­glan­té, pro­uo­quant.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 94r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_194]
(texte original).

[Esperon d’amour. Musc.]

[Espe­ron­neus. Aiguil­lon.]

[Voir aussi bride, frein, resne.]