««« épe­ron »»»

« épe­ron » dans :
Marot
1539
~ Ô pas épars…
Chante­louve
1576
~ Ô pas épars…

~#~














 

Éperon. Poignant, réveille-cheval, aigu ou ai­guil­lon­nant, crénelé, piquant, impor­tun, pointu, stimu­lant, talon­neux, dente­lé, prompt, doré, sanglant ou en­san­glan­té, provo­cant.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 94r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_194]
(texte modernisé).

[Éperon d’amour. Musc.]

[Épe­ron­neux. Aiguil­lon.]

[Voir aussi bride, frein, rêne.]






















«««  #  »»»

Esperon. Poingnant, resueille-cheual, agu ou aguil­lon­nant, crene­lé, piquant, impor­tun, pointu, stimu­lant, talon­neus, dente­lé, prompt, doré, sanglant ou en­san­glan­té, prouo­quant.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 94r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_194]
(texte original).

[Esperon d’amour. Musc.]

[Espe­ron­neus. Aiguil­lon.]

[Voir aussi bride, frein, resne.]