Guy Le Fèvre de LA BODERIE (1541-1598)
Si doncques j’ai…
Paris, Robert Le Mangnier, 1582.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, 8, ff. 111v°-112r°.

Si doncques j’ai en quelque endroit dorée
D’or de savoir l’ignorance et l’oubli,
Si un vil cœur j’ai de gloire ennobli,
Si j’ai Thaïs pour Lucrèce honorée :
Si de vertu Volupté décorée,
L’homme sans nom d’un renom accompli,
L’inique fier du los de juste empli,
Le mécréant de la foi adorée.

Si j’ai nommé l’avare libéral,
Le poltron fort, le parjure loyal,
Le sot accort, le bâtard légitime,
On ne m’en doit aucunement blâmer :
S’ils ne sont tels que les fais estimer
Tels je les veux, non tels je les estime.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Si doncques j’ai en quelque endroit dorée
D’or de savoir l’ignorance et l’oubli,
Si un vil cœur j’ai de gloire ennobli,
Si j’ai Thaïs pour Lucrèce honorée :
Si de vertu Volupté décorée,
L’homme sans nom d’un renom accompli,
L’inique fier du los de juste empli,
Le mécréant de la foi adorée.

Si j’ai nommé l’avare libéral,
Le poltron fort, le parjure loyal,
Le sot accort, le bâtard légitime,
On ne m’en doit aucunement blâmer :
S’ils ne sont tels que les fais estimer
Tels je les veux, non tels je les estime.

 
 

En ligne le 12/02/19.
Dernière révision le 12/02/19.