««« phé­nix »»»

« Phénix » dans :
Vatel
1601
~ J’aime l’oiseau qui fait…

~#~
















voir aussi
« phénix » selon
# Martin, 1544.


 

Phénix. Unique, pein­tu­ré, im­mor­tel, noble, lui­sant, doré, unique oiseau, tim­bré, vif, égyp­tien, vieil, ailé, phé­bé­an, crê­té.

Le Phénix est l’oiseau unique, et le plus noble entre tous les oiseaux du monde : On dit qu’il est grand comme un aigle, relui­sant comme or autour du col, et a les autres par­ties de la cou­leur de pourpre, la queue bleue entre­la­cée d’autres plumes qui sont comme roses, sur la tête des crêtes, et comme d’un bou­quet de plumes : Quand il est vieil il fait son nid de casses et de branches d’encens, le rem­plis­sant d’odeurs, puis meurt des­sus, et après de ses os et moelles naît pre­miè­re­ment comme un ver, duquel se fait un pou­let. Cet oiseau vit 660 ans, et est sacré à Phé­bus.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 204v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_415]
(texte modernisé).






«««  #  »»»

Jean MARTIN, 1544.


Phénix est un oiseau décrit par Pline au second cha­pitre de son Xe livre, toute­fois il en parle comme d’une chose fabu­leuse.

Jean MARTIN, L’Arcadie de Messire Jacques Sannazar,
mise d’Italien en Français, 1544, « Exposi­tion de plusieurs mots conte­nus en ce livre, dont l’intelli­gence n’est commune »,
f° 129r° [Gallica, NUMM-110564, PDF_257]
(texte modernisé).






















«««  #  »»»

Phœnix. Vnique, pein­tu­ré, im­mor­tel, noble, lui­sant, doré, vniqu’oiseau, tym­bré, vif, ægip­tien, vieil, ailé, phe­be­an, cres­té.

Le Phœnix est l’oiseau vnique, & le plus noble entre tous les oiseaus du monde : On dit qu’il est grand comme vn aigle, relui­sant comme or autour du col, & a les autres parties de la cou­leur de pourpre, la queuë bleuë entre-la­cee d’autres plumes qui sont comme roses, sur la teste des crestes, & comme d’vn bou­quet de plumes : Quand il est vieil il fait son nid de casses & de branches d’encens, le rem­plis­sant d’odeurs, puis meurt dessus, & apres de ses oz & moelles naist pre­mie­re­ment comme vn ver, duquel se fait vn pou­let. Cet oiseau vit 660. ans, & est sacré à Phœ­bus.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 204v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_415]
(texte original).







«««  #  »»»

Iehan MARTIN, 1544.


Phenix est un oyseau descript par Pline au second cha­pitre de son X. liure, toutef­fois il en parle comme d’une chose fabu­leuse.

Iehan MARTIN, L’Arcadie de Messire Iaques Sannazar,
mise d’Italien en Francoys, 1544, « Exposi­tion de plusieurs motz conte­nuz en ce liure, dont l’intelli­gence n’est commune »,
f° 129r° [Gallica, NUMM-110564, PDF_257]
(texte original).









Liens

* On peut regar­der et lire en ligne sur Gallica le « blason du Phénix », p. 1 du Blason des Oiseaux de Guillaume Gueroult, publié à Lyon en 1550.

Liens valides au 08/05/19.