Jean de LA JESSÉE (1551-?)
L’aveugle Archer…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

L’aveugle Archer, sa Mère, et ma Maîtresse,
Point, brûle, étreint, d’une égale fierté,
Mon cœur, mon sang, ma serve liberté :
S’aidant d’un trait, d’un feu, d’un lacs qui presse.

Quand le garrot, l’ardeur, la chaîne expresse,
Si roide, et vive, et forte n’eût été :
Rien rien ne m’eût atteint, ard, arrêté,
Froissant, perdant, coupant, dard, brandon, tresse.

Que dis-je las ! féru, brûlé, surpris ?
Ma Dame seule est Amour, et Cypris :
Elle me darde, et m’embrase, et me lie.

Son noir sourcil, son clair œil, son poil d’or,
Qui lui sert d’arc, de flamme, et rets encor,
Blesse, ard, retient, mon cœur, mon sang, ma vie.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

L’aveugle Archer, sa Mère, et ma Maîtresse,
Point, brûle, étreint, d’une égale fierté,
Mon cœur, mon sang, ma serve liberté :
S’aidant d’un trait, d’un feu, d’un lacs qui presse.

Quand le garrot, l’ardeur, la chaîne expresse,
Si roide, et vive, et forte n’eût été :
Rien rien ne m’eût atteint, ard, arrêté,
Froissant, perdant, coupant, dard, brandon, tresse.

Que dis-je las ! féru, brûlé, surpris ?
Ma Dame seule est Amour, et Cypris :
Elle me darde, et m’embrase, et me lie.

Son noir sourcil, son clair œil, son poil d’or,
Qui lui sert d’arc, de flamme, et rets encor,
Blesse, ard, retient, mon cœur, mon sang, ma vie.

«««  les armes de l’Amour  »»»
 

En ligne le 28/07/05.
Dernière révision le 23/01/11.