Joachim DU BELLAY (1522-1560)
Sur la croupe d’un mont…
Paris, Federic Morel, 1558.
ouvrir sur Gallica : Songe, f° 10r°.

S ur la croupe d’un mont je vis une Fabrique
D e cent brasses de haut : cent colonnes d’un rond
T outes de diamant ornaient le brave front :
E t la façon de l’œuvre était à la Dorique .

L a muraille n’était de marbre ni de brique ,
M ais d’un luisant cristal , qui du sommet au fond
É lançait mille rais de son ventre profond
S ur cent degrés dorés du plus fin or d’Afrique .

D ’or était le lambris et le sommet encor
R eluisait écaillé de grandes lames d’or :
L e pavé fut de jaspe , et d’émeraude fine .

Ô vanité du monde ! un soudain tremblement
F aisant crouler du mont la plus basse racine ,
R enversa ce beau lieu depuis le fondement.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

S ur la croupe d’un mont je vis une Fabrique
D e cent brasses de haut : cent colonnes d’un rond
T outes de diamant ornaient le brave front :
E t la façon de l’œuvre était à la Dorique .

L a muraille n’était de marbre ni de brique ,
M ais d’un luisant cristal , qui du sommet au fond
É lançait mille rais de son ventre profond
S ur cent degrés dorés du plus fin or d’Afrique .

D ’or était le lambris et le sommet encor
R eluisait écaillé de grandes lames d’or :
L e pavé fut de jaspe , et d’émeraude fine .

Ô vanité du monde ! un soudain tremblement
F aisant crouler du mont la plus basse racine ,
R enversa ce beau lieu depuis le fondement.

 

En ligne le 27/01/14.
Dernière révision le 16/03/14.