««« mont ou mon­tagne »»»

« montes » (latin), « monts » ou « mont », « mon­tets », « mon­tagnes » ou « mon­tagne » dans :
Marulle
1497
~ Non tot Attica mella… (L’Attique n’a pas tant de miel…)
Marot
1539
~ Ô pas épars…
François Habert
1541
~ Recevez donc…
Scève
1544
~ Plutôt seront Rhône…
Philieul
1548 [1555]
~ Grâces qu’à peu… (Canz. 213)
Ron­sard
1552
~ Tant de couleurs…
~ Ni ce corail…
~ Ce ris plus doux…
~ Ô traits fichés…
Baïf
1552
~ Tu as les yeux…
~ Mets-moi au bord…
1555
~ À rames vogue­ra…
~ Plus mon désir s’accroît…
Des Autels
1553
~ Donc main­te­nant…
La Haye
1553
~ Ce petit Dieu m’a mis…
Magny
1553 [1878]
~ J’étais tout prêt…
1553
~ Plutôt la mer…
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
Fon­taine
1555
~ Plutôt (j’ai dit)…
Du Bellay
1558
~ Sur la croupe d’un mont…
Gré­vin
1561
~ Ces beaux cheveux crê­pés…
Buttet
1561
~ Quand le clair ciel…
Jean de La Taille
1573
~ Veux-tu doncques lais­ser…
Gadou
1573
~ Plus la douce clar­té…
Des­portes
1573
~ Quel feu par les vents ani­mé…
Perrin
1574
~ Toujours au plain des champs…
Chante­louve
1576
~ Ô pas épars…
~ Avoir grand cœur…
Du Pré
1577
~ Que je cherche les champs…
Hes­teau
1578
~ Rien ne dure tou­jours…
~ Toujours de Jupi­ter…
Pon­toux
1579
~ Plutôt ardra…
La Jessée
1583
~ Toujours le Dieu…
~ Ô guerre, ô paix…
~ Ni le refus…
Joseph Du Chesne
1584
~ Fais plutôt par la bon­té tienne…
Bi­rague
1585
~ Du vagueux Océan…
d’Avost
1587
~ La mer n’est pas tou­jours…
De­saurs
1589
~ Tertre jumeau…
Las­phrise
1597
~ J’ai vu les belles fleurs…
~ Que béni soit le jour…
Grisel
1599
~ Plutôt le ciel voû­té…
Angot
1603
~ Ni l’Hiver refroi­di…
Malde­ghem
1606
~ Mettez-moi où Phé­bus… (Canz., 145)
Claude Gar­nier
1609
~ Tant d’Astres clairs…
~ Par le milieu…
~ Que de buis­sons…
~ Ces feux jumeaux…
~ Ni mont, ni roc…
~ Je compte­rais…
Certon
1620
~ Sans fin les vents émus…
Mar­beuf
1628
~ La propre­té…

~#~
















¶ « le mont jette-flamme » : l’Etna (Desaurs, 1589)
 

Mont ou Montagne. Soli­taire, bos­su, caver­neux, haut, pen­dant, che­nu, inac­ces­sible, éle­vé, pier­reux, droit, ver­dis­sant, roide, sca­breux, inha­bi­table, recu­lé, her­bu, ra­bo­teux, désert, âpre, vide, cor­nu, infer­tile, sour­cil­leux, buis­son­nier, nei­geux, sépa­ré, dif­fi­cile, porte-ciel, émi­nent, se­cret, feuil­lu, rude, tour­noyant, cail­loueux ou cail­le­bo­teux, décou­vert, re­ten­tis­sant, vi­neux, su­perbe, inhos­pi­table, épi­neux, en­nei­gé, om­breux, vague, iné­gal, porte-nue, su­blime, froid, dan­ge­reux, hor­rible, creux, aéré, pré­ci­pi­teux, fo­res­tier, nua­geux, su­prême, bo­ca­geux. Le di­mi­nu­tif Mon­ta­gnette et Mon­te­let.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 169v°-170r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_345_346]
(texte modernisé).

[Hante-montagne. Berger.]

[Mont natal. Olympe.]

[Monta­gnard /-arde /-s. Arbre, châ­tai­gnier, Faunes, Pan, pas­teur, pâtre ou pas­tou­reau, Satyres, Syl­vains, vau­tour, vigne.]

[Montagner /-ère. Fère, font ou fon­taine, neige, Palès, Pan, pin, roc, roche ou ro­cher, vigne.]

[Monta­gneux. Arbre, bétail, cail­lou, caverne, châ­tai­gnier, châ­teau, cor­mier, lion.]

[Montueux /-euse /-s. Alpes, antre, Apen­nin, arbre, Au­vergne, cail­lou, caverne, châ­teau, che­min, cime, croupe, désert, font ou fon­taine, friche, grotte, hau­tesse, al­tesse ou hau­teur, Héli­con, neige, nuau ou nuage, nue ou nuée, orme, Palès, pierre, pin, Rhin, roc, roche ou ro­cher, sapin, som­met, source, terre, tertre, tor­rent, val ou val­lée.]

[Ombrage des montagnes. Sapin.]

[Voir aussi Chimère, Éry­manthe, Ide, Rho­do­pé]


 

«««  #  »»»

Mont ou Montaigne. Soli­taire, bos­su, cauer­neus, haut, pen­dant, che­nu, inac­ces­sible, esle­ué, pier­reus, droit, ver­dis­sant, roide, sca­breus, inha­bi­table, recu­lé, her­bu, ra­bo­teus, de­sert, aspre, vuide, cor­nu, in­fer­tile, sour­cil­leus, buis­son­nier, nei­geus, sepa­ré, dif­fi­cile, porte-ciel, emi­nent, se­cret, fueil­lu, rude, tour­noiant, cail­loüeus ou cail­le­bo­teus, des­cou­uert, re­ten­tis­sant, vi­neus, su­perbe, inhos­pi­table, espi­neus, en­nei­gé, om­breus, vague, ine­gal, porte-nue, su­blime, froid, dan­ge­reus, hor­rible, creus, aeré, pre­ci­pi­teus, fo­res­tier, nua­geus, su­preme, boca­geus. Le dim. Mon­tai­gnette & Mon­te­let.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 169v°-170r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_345_346]
(texte original).

[Hante-montagne. Berger.]

[Montai­gnard [+montai­gnart] /-arde /-s. Arbre, chas­tai­gnier, Faunes, Pan, pas­teur, pastre ou pas­tou­reau, Sa­tyres, Syl­uains, vaul­tour, vigne.]

[Montaigner [+monta­gner] /-ere [+-iere]. Fere, font ou fon­taine, neige, Palés, Pan, pin, roc, roche ou ro­cher, vigne.]

[Montagneus [+montai­gneus]. Arbre, bes­tiail, cail­lou, cauerne, chas­tai­gnier, chas­teau, cor­mier, lion.]

[Montnatal. Olympe.]

[Montueus [+montüeus] /-euse /-s. Alpes, antre, Apen­nin, arbre, Au­uergne, cail­lou, cauerne, chas­teau, che­min, cime, croupe, desert, font ou fon­taine, friche, grotte, hau­tesse, al­tesse ou hau­teur, Heli­con, neige, nuau ou nuage, nue ou nuee, orme, Palés, pierre, pin, Rhein, roc, roche ou ro­cher, sapin, som­met, source, terre, tertre, tor­rent, val ou va­lee.]

[Ombrage des montagnes. Sapin.]

[Voir aussi Chimœre, Ery­manthe, Ide, Rho­do­pé]