Claude GARNIER (?-v.1630)
Ni mont, ni roc…
Paris, Gilles Robinot, 1609.

«««

textes de
Cl. Garnier

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 9-12)

»»»


«««

 


«««

propos :
la constance dans l’amour

 

Ni mont, ni roc, ni lande, ni rivière,
Ni pré, ni bois, ni forêt, ni Cité,
Ne m’ont ravi l’absente Déité
Qui fait mon âme esclave et prisonnière.

Comme une Idole à mes sens familière,
Soit par le jour, soit en l’obscurité,
Par les chemins toujours, à mon côté,
Je l’entrevois d’une aile coutumière.

Avant, les cerfs en terre vogueront,
Avant, les chars sur les ondes iront
Et les poissons nageront ès bocages,

Et les sangliers gîteront dans les eaux,
Que sa beauté, qui me fait tant de maux,
N’héberge en moi le gain de ses dommages.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ni mont, ni roc, ni lande, ni rivière,
Ni pré, ni bois, ni forêt, ni Cité,
Ne m’ont ravi l’absente Déité
Qui fait mon âme esclave et prisonnière.

Comme une Idole à mes sens familière,
Soit par le jour, soit en l’obscurité,
Par les chemins toujours, à mon côté,
Je l’entrevois d’une aile coutumière.

Avant, les cerfs en terre vogueront,
Avant, les chars sur les ondes iront
Et les poissons nageront ès bocages,

Et les sangliers gîteront dans les eaux,
Que sa beauté, qui me fait tant de maux,
N’héberge en moi le gain de ses dommages.

 

En ligne le 10/04/10.
Dernière révision le 11/03/15.