««« or­me »»»

« Ormeaux » dans :
François Habert
1549
~ Plutôt poissons…

~#~














 

Orme. Large, épais, cheve­lu, ami de la vigne, montueux, fron­doyant, branchu, haut, droit, perru­qué, ombra­geux, feuillu, rameux, grand, spacieux, éten­du, aéré, ouvert, épars, puissant, éta­lé. Les dimi­nu­tifs Ormeau et Orme­teau.

On fait cas de cet arbre, pource qu’il croît fort, et en hauteur, et en largeur.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 186r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_378]
(texte modernisé).

[L’honneur de l’ormeau. Vigne.]

[Voir aussi buis, châtai­gnier, chêne, cormier, cyprès, fau, fouteau ou hêtre, frêne, houx, laurier, myrte, noyer, oli­vier, oran­ger, palme ou pal­mier, peuplier, pin, sapin, saule…]






















«««  #  »»»

Orme ou Oulme. Large, espais, cheue­lu, ami de la vigne, montueus, fron­doiant, branchu, haut, droit, perru­qué, ombra­geus, fueillu, rameus, grand, spatieus, esten­du, aëré, ouuert, espars, puissant, esta­lé. Les dimin. Ormeau & Orme­teau.

On fait cas de cet arbre, pource qu’il croist fort, & en hauteur, & en largeur.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 186r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_378]
(texte original).

[L’honneur de l’ormeau. Vigne.]

[Voir aussi buys, chastai­gnier, chesne, cormier, cyprés, fau, fouteau ou hestre, fresne, houx, laurier, myrte, noier, oli­uier, oran­ger, palme ou pal­mier, peuplier, pin, sapin, saulle…]