««« cor­mier »»»

« Cor­miers » dans :
Du Bar­tas
1578
~ Et de vrai, si d’un rien…

~#~
















 

Cormier. Nouail­leux ou noueux, dur, monta­gneux.

Le fruit que rapporte cet arbre, est plus propre en méde­cine, que pour s’en servir de viande.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 68r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_142]
(texte modernisé).

[Voir aussi buis, châtai­gnier, chêne, cyprès, fau, fouteau ou hêtre, frêne, houx, laurier, myrte, noyer, oli­vier, oran­ger, orme, palme ou pal­mier, peuplier, pin, sapin, saule…]






















«««  #  »»»

Cormier. Nouail­leus ou noüeus, dur, monta­gneus.

Le fruict que rapporte cet arbre, est plus propre en mede­cine, que pour s’en servir de viande.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 68r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_142]
(texte original).

[Voir aussi buys, chastai­gnier, chesne, cyprés, fau, fouteau ou hestre, fresne, houx, laurier, myrte, noier, oli­uier, oran­ger, orme, palme ou pal­mier, peuplier, pin, sapin, saulle…]