««« Parnasse »»»

« le mont double-sourcil » dans :
Ber­nier de La Brousse
1618
~ Rien sinon que des vœux…

~#~














◊ « le mont double-sourcil » (Bernier de La Brousse)
 

Par­nasse. Sacré, che­ve­lu, double-mont, four­chu, mu­séan, saint, deux fois cor­nu, haut, nei­geux, phé­béan, mon­tueux, di­vin.

Parnasse ou Par­nase est une mon­tagne en la région Pho­cide, ayant deux som­mets, dont l’un s’ap­pelle Thi­to­rée, l’autre Hyam­pée. Elle est sacrée aux dieux Bac­chus, et Apol­lon : aucuns disent aus­si qu’en icelle les Muses prirent leur nais­sance.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 194r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_394]
(texte modernisé).

[Parnasside /-s. Chœur, Muses, Phé­bus, poète.]

[Parnassien /-iennes. Chœur, lau­rier, Muses.]

[Voir aussi Deuca­lion et Hé­li­con, Pinde ; voir en­core Chi­mère, Éry­manthe, Ide, Olympe, Rho­do­pé et Alpes, Apen­nin.]


 

«««  #  »»»

Parnasse. Sacré, che­ue­lu, double-mont, four­chu, mu­sean, saint, deux fois cor­nu, haut, nei­geus, phe­bean, mon­tueus, di­uin.

Parnasse ou Par­nase est vne mon­tagne en la region Pho­cide, aiant deux som­mets, dont l’vn s’ap­pelle Thi­to­ree, l’autre Hyam­pee. Elle est sacree aux dieux Bac­chus, & Apol­lon: aucuns disent aus­si qu’en icelle les Muses prindrent leur nais­sance.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 194r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_394]
(texte original).

[Parnasside /-s. Choeur, Muses, Phœ­bus, poete.]

[Parnassien /-iennes. Choeur, lau­rier, Muses.]

[Voir aussi Deuca­lion et He­li­con, Pinde ; voir en­core Chi­mœre, Ery­manthe, Ide, Olympe, Rho­do­pé et Alpes, Apen­nin.]