««« buis­son »»»

« buis­sons » dans :
Ron­sard
1555
~ Autant qu’un rivage a…
Perrin
1574
~ Viens accor­der encor…
Claude Gar­nier
1609
~ Que de buissons…

~#~














 

Buisson. Ronceux, bran­chu, épais, boca­ger ou bo­ca­geux, vert, âpre, épi­neux, fort, sau­vage, om­breux, écar­té, fores­tier, port’épine, secret, haut, obs­cur. Le dimi­nu­tif Buis­son­net.

C’est le palais, retraite, ou étable des bêtes sauvages.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 42v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_91]
(texte modernisé).

[Buisson­neux. Cerf, épine, fraise, haie, lièvre, roc, roche ou ro­cher, ronce, rosier, ser­pent, tail­lis.]

[Buisson­nier /-ière /-s. Chèvre, épine, fram­boise, haie, mont ou mon­tagne, oiseau, pommes, ser­pent.]

[Voir aussi arbre, bois, forêt…]






















«««  #  »»»

Buisson. Ronceus, bran­chu, espais, boca­ger ou bo­ca­geus, vert, aspre, espi­neus, fort, sau­uage, om­breus, escar­té, fores­tier, port’espine, secret, haut, obs­cur. Le dim. Buis­son­net.

C’est le palais, retraite, ou estable des bestes sau­uages.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 42v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_91]
(texte original).

[Buisson­neus. Cerf, espine, fraise, haie, lieure, roc, roche ou ro­cher, ronce, rosier, ser­pent, tail­lis.]

[Buisson­nier /-iere /-s. Cheure, espine, fram­boise, haie, mont ou mon­taigne, oiseau, pommes, ser­pent.]

[Voir aussi arbre, bois, forest…]