««« sour­ce »»»

« source » ou « sources » dans :
Du Bellay
1553
~ Plutôt les Cerfs…
1529
~ De quel torrent…
Baïf
1555
~ Tout tel que j’ai été…
La Pé­ruse
1555
~ Cesser, chère Nourrice ?…
Bel­leau
1572
~ Plutôt la terre avortera…
Chantelouve
1576
~ Seine qui fais…
de Brach
1576
~ Mais non, mais non…
La Jessée
1583
~ Plutôt la terre ingrate…
Du Monin
1585
~ Pardonne-moi Nombril…
Trel­lon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Claude Gar­nier
1609
~ Quelle splen­deur…

~#~














 

Source. Vive, jasarde, fontai­nière, liquide, trépi­gnante, creuse, souter­raine ou subter­ranée, argen­tine, profonde, on­doyante, montueuse, basse, pétil­lante, gazouil­larde, belle, putéale, bouillon­nante, immor­telle, sablon­neuse, rochère, non-mourante.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 251v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_509]
(texte modernisé).

[Les ido­lâtres de la jeune beauté du sexe fémi­nin, ont en si grande révé­rence cette partie de leur corps, qu’ils l’appellent source d’amour et fontaine de douceur.]

[Source de feu. Soleil.]

[Source des veines. Foie.]

[Voir aussi canal, cours d’eau, fleuve, font ou fon­taine, rivière, ruisseau.]






















«««  #  »»»

Source. Viue, iasarde, fontai­niere, liquide, trepi­gnante, creuse, soubter­raine ou subter­ranee, argen­tine, profonde, on­doiante, mon­tueuse, basse, petil­lante, gazouil­larde, belle, puteale, bouillon­nante, immor­telle, sablon­neuse, rochere, non-mourante.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 251v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_509]
(texte original).

[Les ido­latres de la ieune beauté du sexe femin [sic], ont en si grande reue­rence ceste partie de leur corps, qu’ils l’appellent source d’amour et fontaine de douceur.]

[Source de feu. Soleil.]

[Source des veines. Foie.]

[Voir aussi canal, cours d’eau, fleuue, font ou fon­taine, riuiere, ruisseau.]