««« Chi­mère »»»

« Chi­mères » ou « Chi­mère » dans :
Jo­delle
1574
~ Ne les a-t-on pu donc…
Joseph Du Chesne
1584
~ Ô Lèthe som­meil­leux…

~#~














 

Chimère. Cor­nue, mons­trueuse, inex­pu­gnable, ar­dente, trois-têtue, em­bra­sée, flam­bante ou flam­boyante, lycienne, for­ce­née, dé­vo­rante, indomp­tée ou in­domp­table.

Chimère est une mon­tagne de Lycie inha­bi­table pour les lions et ser­pents qui y sont, du som­met de la­quelle le feu sort ainsi que du mont Etna : d’où les poètes ont pris occa­sion de feindre, que Chi­mère était un monstre ayant le devant d’un lion, le der­rière, d’un dra­gon, et le milieu du corps en façon d’une chèvre, et jetait ordi­nai­re­ment le feu ardent par la gueule.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 59r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_124]
(texte modernisé).

[Chimère. For­tune, mort.]

[Voir aussi Bellé­ro­phon.]

[Voir aussi Éry­manthe, Héli­con, Ide, Olympe, Rho­do­pé]


 

«««  #  »»»

Chimœre. Cor­nuë, mons­trueuse, inex­pu­gnable, ar­dente, troi-testue, em­bra­see, flam­bante ou flam­boïante, lycienne, for­ce­nee, de­uo­rante, indom­tee ou in­dom­table.

Chimœre est vne mon­tagne de Lycie inha­bi­table pour les lions & ser­pens qui i sont, du som­met de la­quelle le feu sort ainsi que du mont Ætna: d’où les poëtes ont prins occa­sion de feindre, que Chi­mœre estoit vn monstre aiant le deuant d’vn lion, le der­riere, d’vn dra­gon, & le millieu du corps en façon d’vne cheure, & get­toit ordi­nai­re­ment le feu ardant par la gueulle.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 59r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_124]
(texte original).

[Chimere. For­tune, mort.]

[Voir aussi Belle­ro­phon.]

[Voir aussi Ery­manthe, Heli­con, Ide, Olympe, Rho­do­pé]