Claude GARNIER (?-v.1630)
Je compterais…
Paris, Gilles Robinot, 1609.

[…] 

Je compterais plus aisément
Les flots de l’humide élément
Et les arènes des rivages,
Et la feuillure des bocages,
Et du mont d’Ide les ruisseaux,
Et des Cieux les menus flambeaux,
Que de nombrer toutes les choses
Qui sont des Atomes écloses,
On aurait plutôt supputé
Le Monde et son infinité.

[…] 
 
 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Je compterais plus aisément
Les flots de l’humide élément
Et les arènes des rivages,
Et la feuillure des bocages,
Et du mont d’Ide les ruisseaux,
Et des Cieux les menus flambeaux,
Que de nombrer toutes les choses
Qui sont des Atomes écloses,
On aurait plutôt supputé
Le Monde et son infinité.

[…] 
 
 

«««  topos des innombrables  »»»
 

En ligne le 11/03/15.
Dernière révision le 03/12/16.