Pierre LE LOYER (1550-1634)
Hé, Cruelle, ne veux-tu pas…
Paris, Abel L’Angelier, 1576.

«««

textes de
Le Loyer

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(9 vers sur 18)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les dou­leurs de l’amant

»»»

[…] 

Hé, Cruelle, ne veux-tu pas
M’ôter de mon futur trépas ?

Hélas ! Flore, n’auras-tu point
Jamais envie

D’ôter la douleur qui époint
Ma pauvre vie ?

Horreur ! mille brasiers ardents
Me brûlent le corps au-dedans :

Jamais Montgibel n’a tant eu
Sur lui de flamme,

Comme j’ai de braise et de feu
Dedans mon âme.

Qui peut compter dedans un pré
Tout ce qu’il voit de diapré,

Qui peut d’un rivage de mer
Nombrer l’arène,

Peut pareillement estimer
Ma grève peine

Autant qu’on voit tout à la fois
Sauter de bluettes d’un bois,

Qui brûle et qu’on fend dans le feu :
Autant se forgent

De flammes dans mon cœur ému,
Qui se regorgent.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Hé, Cruelle, ne veux-tu pas
M’ôter de mon futur trépas ?

Hélas ! Flore, n’auras-tu point
Jamais envie

D’ôter la douleur qui époint
Ma pauvre vie ?

Horreur ! mille brasiers ardents
Me brûlent le corps au-dedans :

Jamais Montgibel n’a tant eu
Sur lui de flamme,

Comme j’ai de braise et de feu
Dedans mon âme.

Qui peut compter dedans un pré
Tout ce qu’il voit de diapré,

Qui peut d’un rivage de mer
Nombrer l’arène,

Peut pareillement estimer
Ma grève peine

Autant qu’on voit tout à la fois
Sauter de bluettes d’un bois,

Qui brûle et qu’on fend dans le feu :
Autant se forgent

De flammes dans mon cœur ému,
Qui se regorgent.

[…] 

 

En ligne le 02/03/09.
Dernière révision le 17/09/17.