««« Aché­ron »»»

« Aché­ron » dans :
Jo­delle
1574
~ Des astres, des forêts…
Joseph Du Chesne
1584
~ Ô Lèthe sommeil­leux…
Bi­rague
1585
~ Plutôt les pâles Sœurs…
~ Du vagueux Océ­an…

~#~
















¶ les « filles d’Aché­ron » (Birague) : les Furies
 

Achéron. Profond, infer­nal, ombreux, triste, noir, mortuaire, félon, malheu­reux, avare, languide ou lan­guis­sant, doulou­reux, misé­rable, ravis­sant.

Les Poètes disent qu’Aché­ron est fils de Cérès, et qu’il n’a point de père : Même qu’étant envoyé aux enfers il devint fleuve. De lui les âmes sont appe­lées Aché­ron­tides et Aché­ron­tées.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 3v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_13]
(texte modernisé).

[Aché­rontéan. Vieil ou vieillard.]

[Aché­ron­té /-ée /-s. Âme, Averne, Furies, Mânes, ombres, onde.]

[Aché­rontiades. Mânes.]

[Aché­ron­tide. Averne, Orque.]

[Aché­ron­tique. Barque, enfer, Érinne.]

[Voir aussi Charon, Cocyte, Léthé, Phlégé­thon, Styx.]






















«««  #  »»»

Acheron. Profond, infer­nal, ombreus, triste, noir, mortuaire, felon, malheu­reus, auare, languide ou lan­guis­sant, doulou­reus, mise­rable, rauis­sant.

Les Poëtes disent qu’Ache­ron est fils de Ceres, & qu’il n’a point de pere : Mesmes qu’estant enuoié aux enfers il deuint fleuue. De luy les ames sont appel­lees Ache­ron­tides & Ache­ron­tees.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 3v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_13]
(texte original).

[Acheron­tean. Vieil ou vieillard.]

[Ache­ron­té /-ee /-s. Ame, Auerne, Furies, Manes, ombres, onde.]

[Ache­ron­tiades. Manes.]

[Ache­ron­tide. Auerne, Orque.]

[Ache­ron­tique. Barque, enfer, Erinne.]

[Voir aussi Charon, Cocyte, Lethe, Phlege­thon, Styx.]