««« ai­greur »»»

« aigreur », « aigreurs » ou « l’aigre » dans :
La Gra­vière
1558
~ Qu’est-ce qu’Amour…
d’Espi­nay
1560
~ Lorsque tous cois…
La Jessée
1583
~ Ce que l’orage fier…
Cornu
1583
~ Le tonnerre pressé…
Las­phrise
1597
~ Ah beaux tourments…

~#~














 

Aigreur. Âpre, verte, aga­çante, sure, vineuse, mal-plaisante, rude, pommeuse, forte, piquante ou poi­gnante.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 9v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_25]
(texte modernisé).

[Aigre /-s. Amer­tume, âpre­té, brocard, cruau­té, douleur, puan­teur ou puan­tise, soupirs, tourment.]

[Aigre-douce /aigres-douces. Amou­reuse ou amante, orange, pommes, Vénus.]

[Aigret /-ette /-s. Citron, coing, complainte, douleur, fruits ou frui­tages, pommes, soupirs.]

[Aigris­sante. Plaie.]

[Douce-aigrette. Fraise.]






















«««  #  »»»

Aigreur. Aspre, verte, aga­çante, sure, vineuse, mal-plaisante, rude, pommeuse, forte, piquante ou poi­gnante.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 9v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_25]
(texte original).

[Aigre /-s. Amer­tume, aspreté, brocard, cruau­té, douleur, puan­teur ou puan­tise, souspirs, tourment.]

[Aigre-douce /aigres-douces. Amou­reuse ou amante, orange, pommes, Venus.]

[Aigret /-ette /-s. Citron, coing, complainte, douleur, fruits ou frui­tages, pommes, souspirs.]

[Aigris­sante. Plaie.]

[Douce-aigrette. Fraise.]