««« vé­role »»»

« vé­role » dans :
Chan­dieu
1563
~ Ta Poésie, Ron­sard…

~#~














 

Vérole. Mal­heu­reuse ou ma­len­con­treuse, napo­li­taine, ram­pante, odieuse, véné­rienne, mau­dite, gout­teuse, in­cu­rable, grosse, conta­gieuse, mé­chante, infecte, fille de ladre­rie.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 275v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_557]
(texte modernisé).

[Donne-vérole. Con.]

[Vérolé /-ée /-s. Dou­leur, gouttes, impuis­sance, malade, putain.]

[Véroleuse /-s. Dou­leur, gouttes.]

[Voir aussi mal ou ma­la­die, peste, rage.]


 

«««  #  »»»

Verole. Mal­heu­reuse ou malen­con­treuse, nea­po­li­taine, ram­pante, odieuse, vene­rienne, mau­dite, gou­teuse, in­cu­rable, grosse, conta­gieuse, mes­chante, infecte, fille de ladre­rie.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 275v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_557]
(texte original).

[Donne-uerolle. Con.]

[Verolé /-ee [+verol­lee] /-s Dou­leur, gouttes, impuis­sance, malade, putain.]

[Veroleuse /-s. Dou­leur, gouttes.]

[Voir aussi mal ou ma­la­die, peste, rage.]