««« oi­seau »»»

« avis » ou « aves » (latin), « oi­seaux », « oi­seau », « oise­lets » ou « oisil­lons » dans :
Ovide
1er siècle [1492]
~ Litora quot conchas… (Autant qu’il y a de coquil­lages…)
Ma­rulle
1497
~ Non tot Attica mella… (L’Attique n’a pas tant de miel…)
François Habert
1541
~ Recevez donc…
1549
~ Plutôt poissons…
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Tous ani­maux… (Canz., 22)
~ La mer n’a point… (Canz., 237)
Du Bellay
1550
~ Ni par les bois…
1553
~ Plutôt les Cerfs…
1558
~ De fleurs, d’épis…
Ron­sard
1552
~ Ni voir flamber…
1555
~ Autant qu’un rivage a…
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 3]
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
La Pé­ruse
1555
~ L’onde argen­tine ne couvre…
Magny
1557
~ Doncques il sera vrai…
Belleau
1572
~ Ainsi que les lauriers…
Jean de La Taille
1573
~ Quel plaisir puis-je avoir…
Gadou
1573
~ Comme l’Aigle Royal…
~ On entend, en hiver…
de Brach
1576
~ Mais qui pourrait compter…
Du Bartas
1578
~ L’oise­leur, le pêcheur…
Hes­teau
1578
~ Passants ne cherchez plus…
~ La Nature a donné…
~ Plutôt on pourra voir…
La Jessée
1583
~ Ô guerre, ô paix…
~ Ni le refus…
~ Le jeune Cerf navré…
Blan­chon
1583
~ Celui qui nombre­rait…
~ Le Roi du jour…
~ L’Amour, la Mort, le sort…
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 3]
~ Amour est vie, et mort…
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Du Buys
1585
~ De notre Odet…
De­saurs
1589
~ Bel est le bois…
Bris­set
1589
~ Quel nouveau change­ment !…
Poupo
1590
~ Mais plutôt les poissons…
Louven­court
1595
~ Qui peut compter…
~ Baisers doux, et mignards…
Las­phrise
1597
~ Plutôt on comptera…
Grisel
1599
~ Le rocher endu­rci…
Vatel
1601
~ J’aime l’oiseau qui fait…
Angot
1603
~ Ni l’Hiver refroi­di…
Malde­ghem
1606
~ Tant d’ani­maux… (Canz., 237)
Claude Gar­nier
1609
~ Devant que l’attrait belli­queur…
~ Que de buissons…
d’Aubi­gné
1616
~ La flûte qui joua…

~#~
















¶ « les oiseaux ravis­seurs » (Hesteau) : les Harpies
¶ « les doux-mourants oiseaux » (La Péruse) : les cygnes
 

Oiseau ou Oisel. Léger, emplu­mé, ja­sard, crêté, ga­zouil­lant, volage, aérien, leur­ré, plai­sir des champs, buis­son­nier, vaga­bond, tré­mous­sant, simple, libre, joyeux, bas-volant, présa­gieux, mi­gnard, chantre, amou­reux, pas­sa­ger, azu­ré, sau­te­lant, aqua­tique, rama­geux, bec­que­teur, ron­geard, pein­tu­ré, ba­bil­lard, gou­lu, étran­ger, pin­ce­teux, émail­lé, hôte de l’air, sif­fleux, dégoi­sant, fuyard, per­ché, timide. Les dimi­nu­tifs Oise­let et Oi­sil­lon. Éclos, béant, cou­vé, petit, abé­ché, nieds, c.-à-d. pris au nid.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 182r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_370_371]
(texte modernisé).

[Maison des oiseaux. Bocage.]

[Oiseau. Corbeau [peut-être le syntagme "oiseau magique" a-t-il été divi­sé par erreur par une virgule à la compo­si­tion], Mercure.]

[Oiseau de triste augure. Jalousie.]

[Oiseau sans pieds. Mercure.]

[Oiseau vainqueur. Amour.]

[Oiseleur. Ramage.]

[Oiselière. Glu, plume.]

[Roi des oiseaux. Aigle.]

[Unique oiseau. Phénix.]

[Voir aussi nichée, nid et Ara­bie, Harpie, Orphée…]

[Voir aussi aigle, alouette, aronde ou aron­delle, autour, autruche, busard, caille, cane ou ca­nard, char­don­ne­ret, chat-huant, cigogne, colomb, co­lombe ou co­lom­belle, coq, coq d’Inde, cor­beau, cor­neille, coucou ou cocu, cygne, duc, éper­vier, fau­con, grue, hé­ron, hi­bou, li­not ou li­notte, marti­net, mi­lan, oie, oison, palombe, paon, passe­reau, passe­relle ou passe, péli­can, per­drix, per­ro­quet, pie, pi­geon, plon­geon, poule, poussin, ramier, ros­si­gnol, sacre, tourte ou tour­te­relle, vau­tour…]






















«««  #  »»»

Oiseau ou Oisel. Leger, emplu­mé, ia­sard, cresté, ga­zoüil­lant, volage, aerin, leur­ré, plai­sir des champs, buis­son­nier, vaga­bond, tre­mous­sant, simple, libre, ioïeus, bas-volant, presa­gieus, mi­gnard, chantre, amou­reus, pas­sa­ger, azu­ré, sau­te­lant, aqua­tique, rama­geus, bec­que­teur, ron­geard, pein­tu­ré, ba­bil­lard, gou­lu, estran­ger, pin­se­teus, esmail­lé, hoste de l’air, sif­fleus, desgoi­sant, fuiard, per­ché, timide. Les dim. Oise­let & Oi­si­lon. Escloz, beant, cou­ué, petit, abe­ché, nieds, I. prins au nid.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 182r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_370_371]
(texte original).

[Maison des oiseaus. Bocage.]

[Oiseau. Corbeau [peut-être le syntagme "oiseau magique" a-t-il été divi­sé par erreur par une virgule à la compo­si­tion], Mercure.]

[Oiseau de triste augure. Ialou­sie.]

[Oiseau sans pieds. Mercure.]

[Oiseau vainqueur. Amour.]

[Oiseleur. Ramage.]

[Oiseliere. Gluz, plume.]

[Roi des oiseaus. Aigle.]

[Vniqu’oiseau. Phœnix.]

[Voir aussi nichee, nid et Ara­bie, Harpie, Orphee…]

[Voir aussi aigle, alouette, aronde ou aron­delle, autour, austruche, busard, caille, cane ou ca­nart, char­don­ne­ret, chat-huan, cigogne, colomb, co­lumbe ou co­lum­belle, coq, coq d’Inde, cor­beau, cor­neille, coucou ou cocu, cygne, duc, esper­uier, fau­con, grue, he­ron, hi­bou, li­not ou li­notte, marti­net, mi­lan, oie, oi­son, palombe, paon, passe­reau, passe­relle ou passe, peli­can, per­dris, per­ro­quet, pie, pi­geon, plon­geon, poule, poussin, ramier, ros­si­gnol, sacre, tourte ou tour­te­relle, vaul­tour…]