Claude GARNIER (?-v. 1630)
Que de contentements !…
Paris, Gilles Robinot, 1609.

 

textes de
Cl. Gar­nier

»»»


 

 
 
 

 


«««

»»»


 

propos :
les bonheurs
de l’amour

 

[…] 

Que de contentements !
Que de ravissements
T’abordaient ! que de joies !
Sous les humides voies
Des fleuves tortillés
Tant de sablons mouillés
Étendus ne s’amassent,
Ni tant d’astres ne passent
La nuit dans l’Horizon,
Ni la verte saison
Du Printemps, jeune et belle,
Tant d’oiseaux n’amoncèle
Ès bocages fleuris,
Ni tant de blés mûris,
Qui les hommes nourrissent,
Barbelés ne jaunissent,
Quand l’Astre le plus chaud
Les campagnes assaut,
Ni l’Automne vermeille
Tant de fruits n’appareille.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Que de contentements !
Que de ravissements
T’abordaient ! que de joies !
Sous les humides voies
Des fleuves tortillés
Tant de sablons mouillés
Étendus ne s’amassent,
Ni tant d’astres ne passent
La nuit dans l’Horizon,
Ni la verte saison
Du Printemps, jeune et belle,
Tant d’oiseaux n’amoncèle
Ès bocages fleuris,
Ni tant de blés mûris,
Qui les hommes nourrissent,
Barbelés ne jaunissent,
Quand l’Astre le plus chaud
Les campagnes assaut,
Ni l’Automne vermeille
Tant de fruits n’appareille.

[…] 

 

En ligne le 10/07/20.
Dernière révision le 10/07/20.