Adrian de GADOU (-)
On entend, en hiver…
Paris, J. Mettayer & M. Challange, 1573.

«««

textes de
Gadou

 


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-13)

»»»


 

 
 

 

ouvrir sur Gallica : L’Hermitage, f° 14r°.

On entend, en hiver, les vents, et les tempêtes :
On entend, au printemps, des oisillons les chants :
Celui des moissonneurs, en Juillet, par les champs :
Le tonnelier nous rompt, en automne, les têtes :

En guerre on oit parler d’assauts, et de conquêtes,
On oit les tabourins, et les fifres marchants,
On oit crier le peuple, et plaindre les marchands :
En paix on oit les sons, les aubades, et fêtes :

Ès villes on entend l’ouvrier, en sa boutique.
Au temple, prier Dieu : au palais la pratique :
À la chasse, les chiens, clabaudis, et abois :

En cour parler du Roi, s’enquérir des nouvelles :
En amours les discours qu’on fait aux damoiselles :
Et moi ? j’entends, d’ici, renverser monde, et lois.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Gadou

dispo­nibles sur Gallica


 

On entend, en hiver, les vents, et les tempêtes :
On entend, au printemps, des oisillons les chants :
Celui des moissonneurs, en Juillet, par les champs :
Le tonnelier nous rompt, en automne, les têtes :

En guerre on oit parler d’assauts, et de conquêtes,
On oit les tabourins, et les fifres marchants,
On oit crier le peuple, et plaindre les marchands :
En paix on oit les sons, les aubades, et fêtes :

Ès villes on entend l’ouvrier, en sa boutique.
Au temple, prier Dieu : au palais la pratique :
À la chasse, les chiens, clabaudis, et abois :

En cour parler du Roi, s’enquérir des nouvelles :
En amours les discours qu’on fait aux damoiselles :
Et moi ? j’entends, d’ici, renverser monde, et lois.

 

En ligne le 09/04/06.
Dernière révision le 21/02/14.