««« passe­relle »»»

 

~#~
















* passe­relle : femelle du passe­reau, c.-à-d. du moineau


 

Passe­relle ou Passe. Lascive, amou­reuse, re­mu­ante, fo­lâtre, affé­tée, ré­vé­leuse, mi­gnonne ou mi­gnotte, cha­leu­reuse.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 196v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_399]
(texte modernisé).

[Voir aussi passereau ; voir oiseau et aigle, alouette, autour, autruche, busard, caille, cane ou ca­nard, char­don­ne­ret, cigogne, colomb, co­lombe ou co­lom­belle, coq, coq d’Inde, cor­beau, cor­neille, cygne, duc, éper­vier, fau­con, hé­ron, hi­bou, li­not ou li­notte, marti­net, mi­lan, oie, oi­son, palombe, paon, péli­can, per­drix, per­ro­quet, pie, pi­geon, plon­geon, poule, poussin, ramier, ros­si­gnol, sacre, tourte ou tour­te­relle, vau­tour…]






















«««  #  »»»

Passe­relle ou Passe. Lasciue, amou­reuse, re­mu­ante, fo­lastre, affet­tee, re­ue­leuse, mi­gnonne ou mi­gnotte, cha­leu­reuse.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 196v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_399]
(texte original).

[Voir aussi passereau ; voir oiseau et aigle, alouette, autour, austruche, busard, caille, cane ou ca­nart, char­don­ne­ret, cigogne, colomb, co­lumbe ou co­lum­belle, coq, coq d’Inde, cor­beau, cor­neille, cygne, duc, esper­uier, fau­con, he­ron, hi­bou, li­not ou li­notte, marti­net, mi­lan, oie, oi­son, palombe, paon, peli­can, per­dris, per­ro­quet, pie, pi­geon, plon­geon, poule, poussin, ramier, ros­si­gnol, sacre, tourte ou tour­te­relle, vaul­tour…]








Liens

* On peut regar­der en ligne sur Gallica un « portrait » du « Moi­neau, Paisse, ou Mois­son », et lire « Du Moi­neau de ville », cha­pitre XIX du « septième livre de la Na­ture des oisil­lons qui hantent les haies, bû­chettes, et buis­sons », pp. 361-362 de L’His­toire de la na­ture des Oiseaux, avec leurs des­crip­tions, et naïfs por­traits re­ti­rés du na­tu­rel, de Pierre Belon, du Mans, pu­bliée à Paris en 1555.

Le même portrait du « Moi­neau, Mou­cet, Mois­son, Paisse, Passe­reau, Passe­rat », sans les cou­leurs, se voit au f° 92v° des Por­traits d’Oi­seaux enri­chis de Qua­trains, du même Pierre Belon, pu­bliés à Paris en 1557.

* On peut aussi sur Gallica regar­der et lire le bla­son du Passe­reau, f° a8r° du Bla­son des Oi­seaux de Guil­laume Gue­roult, pu­blié à Lyon en 1550.

Liens valides au 24/06/19.