««« Ara­bie »»»

« Ara­bie » dans :
Blan­chon
1583
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 13]

~#~














 

Arabie. Heureuse, chaude, fruc­tueuse, riche, sacrée, plantu­reuse, féconde, épi­cière, odo­rante, fortu­née, aro­ma­tique, fertile.

Arabie est entre Judée et Égypte, et est triple : L’une est dite la Pierreuse, laquelle est devers septen­trion et occi­dent, et est encla­vée en Syrie : Celle qu’on nomme Déserte est vis à vis : Et vers midi est celle qu’on appelle Heureuse, en laquelle les enfants d’Israël ont habi­té l’espace de quarante ans. On la sème deux fois par an comme l’Indie, à cause de sa fécon­di­té : Elle est abon­dante en épi­ce­ries et choses aro­ma­tiques : même en tous fruits, oiseaux et bétail, fors qu’en chevaux, mulets, pourceaux, oisons, et gelines.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 20r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_46]
(texte modernisé).

[Arabien /-ienne. Encens, odeur bonne, parfum, sucre.]

[Arabique. Élé­phant, encens.]

[L’Arabie des ânes. Auvergne.]

[Voir aussi Arabes.]






















«««  #  »»»

Arabie. Heureuse, chaude, fruc­tueuse, riche, sacree, plantu­reuse, feconde, espi­ciere, odo­rante, fortu­nee, aro­ma­tique, fertile.

Arabie est entre Iudee & Ægipte, & est triple: L’vne est dite la Pierreuse, laquelle est deuers septen­trion & occi­dent, & est encla­uee en Syrie: Celle qu’on nomme Deserte est vis à vis: Et vers midi est celle qu’on appelle Heureuse, en laquelle les enfants d’Israël ont habi­té l’espace de quarante ans. On la seme deux fois par an comme l’Indie, à cause de sa fecon­di­té: Elle est abon­dante en espi­ce­ries & choses aro­ma­tiques: mesmes en tous fruits, oiseaus & bestiail, fors qu’en cheuaus, mulets, pourceaus, oisons, & gelines.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 20r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_46]
(texte original).

[Arabien /-ienne. Encens, odeur bonne, parfum, succre.]

[Arabique. Ele­phant, encens.]

[L’arabie des asnes. Auuergne.]

[Voir aussi Arabes.]








Liens

* On peut, pour loca­li­ser les Ara­bies, consul­ter une carte de l’Afrique de 1554, de Sebas­tian Münster, dans la page Evo­lu­tion of the Map of Africa, parmi les pages consti­tuant la version en ligne d’une expo­si­tion de la Prince­ton Uni­ver­si­ty Libra­ry consa­crée à l’explo­ra­tion des « Montagnes de la Lune », ou Mont Ruwen­zori, situées en Afrique centrale [source : Les Signets de la BnF].

Liens valides au 11/01/10.