««« but ou butte »»»

« but » « buts » ou « butte » dans :
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Amour m’a mis… (Canz., 133)
Ron­sard
1552
~ Ô traits fichés…
Pele­tier
1555
~ Je deviens las…
Baïf
1555
~ Tout tel que j’ai été…
Pas­quier
1555
~ Rien ne me plaît…
Turrin
1572
~ Je me montre hardi…
Jamyn
1575
~ Ô belle et blanche main…
Du Monin
1582
~ Le printa­nier émail…
1585
~ Pourquoi nenni ?…
Blan­chon
1583
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 6]
Pon­toux
1585
~ Tant puissante est l’ardeur…

~#~














 

But ou Butte. Émi­nent, haut, final, déter­mi­né, pré­ten­du ou pré­ten­dant, éloi­gné, poin­tu, appa­rent.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 42v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_91]
(texte modernisé).

[[Mon] but. Nos amou­reux transis […] en leurs écrits, princi­pa­le­ment vers celles dont ils espèrent obte­nir quelque faveur, […] appellent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]






















«««  #  »»»

But ou Bute. Emi­nent, haut, final, deter­mi­né, pre­ten­du ou pre­ten­dant, esloi­gné, poin­tu, appa­rent.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 42v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_91]
(texte original).

[[Mon] but. Noz amou­reus transis […] en leurs escrits, princi­pa­le­ment vers celles dont ils esperent obte­nir quelque faueur, […] appelent [ainsi leur] amou­reuse ou amante.]