««« dé­dain »»»

« dédain » ou « dé­dains » dans :
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Ô doux dédains… (Canz., 205)
Du Bellay
1549
~ Ô Prison douce…
Tyard
1549
~ Doux de ces yeux…
Baïf
1555
~ Doux dédain, douce paix…
Ron­sard
1578
~ Quand vous serez bien vieille…
Courtin
1581
~ D’un chaud désir…
~ Ô doux dédain…
La Jessée
1583
~ Avec les ans…
~ Va cruelle Érin­nys…
Expil­ly
1596
~ Tu t’en allais déjà…
Las­phrise
1597
~ Ah beaux tourments…

~#~














 



















«««  #  »»»

Desdain. Superbe, contemp­tible, rogue, mal-voulant, rigou­reus, outre­cui­dé, secret, glorieus, arro­gant.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 79r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_164]
(texte original).

[Desdai­gneus [+desdei­gneus] /-euse. Amou­reuse ou amante, aspect, beauté, courrous, despit, femme, fierté, Mars, orgueil, presomp­tion, refus, regard ou re­gar­dure, rigueur, threso­rier, vieil ou vieil­lard.]