Jean Édouard DU MONIN (1557-1586)
Le printanier émail…
Nouvelles Œuvres, Amours et Contramours,
Paris, Jean Parant, 1582.

Le printanier émail, le feuillard ombrageux,
Le pré vert, l’air serein, font aux autres plaisance,
L’antre invite à repos, l’eau chatouille à sa danse,
L’arc voûté affranchit de maints coups outrageux,
L’ombre mollet distille au cœur l’air gracieux,
Les feux quintessencés tuent mainte nuisance.
Mais las ! contre moi seul ont juré défiance
Émail, feuillard, pré, air, antre, eau, arc, ombre, feux.

Si du mal souverain je suis la butte unique,
Si du souverain bien m’amie est la boutique,
Comme pourrais-je unir ces deux extrémités ?

Cupidon si tu veux cet énigme dissoudre,
Tu sois mon Apollon, et ton bras lance-poudre
De l’un et de l’autre arc puisse outrer nos côtés.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Le printanier émail, le feuillard ombrageux,
Le pré vert, l’air serein, font aux autres plaisance,
L’antre invite à repos, l’eau chatouille à sa danse,
L’arc voûté affranchit de maints coups outrageux,
L’ombre mollet distille au cœur l’air gracieux,
Les feux quintessencés tuent mainte nuisance.
Mais las ! contre moi seul ont juré défiance
Émail, feuillard, pré, air, antre, eau, arc, ombre, feux.

Si du mal souverain je suis la butte unique,
Si du souverain bien m’amie est la boutique,
Comme pourrais-je unir ces deux extrémités ?

Cupidon si tu veux cet énigme dissoudre,
Tu sois mon Apollon, et ton bras lance-poudre
De l’un et de l’autre arc puisse outrer nos côtés.

 

En ligne le 04/05/19.
Dernière révision le 09/06/19.