Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Averne »»»

« Averne » dans :
Hesteau
1578
~ Aime-moi mon Thyrsis…

~#~














 

Averne. Profond, obscur, infect, aché­ronté ou aché­ron­tide, puant, stygien, ombreux, noir, triste, épou­van­table, abîmeux ou abîmant, cocy­tide, ténébreux, vilain, infernal, pitoyable, horrible, vaste, irré­mé­able.

Averne est un lac ou plutôt golfe de Campanie près Baia dédié à Pluton, que l’ignare Anti­quité a cru être l’entrée des enfers.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 27r° [Gallica, N0050715_PDF_60]
(texte modernisé).

[Avernal /-ale /-s. Caverne, Diane, enfer, ombres, Proser­pine.]

[Garde d’Averne. Hécate.]

[Voir aussi Achéron, Cerbère, Cocyte, Léthé, Orque, Phlégéthon, Styx.]























Auerne. Profond, obscur, infect, ache­ronté ou ache­ron­tide, puant, stygien, ombreus, noir, triste, espou­uan­table, abysmeus ou abysmant, cocy­tide, tenebreus, vilain, infernal, pitoïable, horrible, vaste, irre­me­able.

Auerne est vn lac ou plustost goulfe de Campanie pres Baïa dedié à Pluton, que l’ignare anti­quité a creu estre l’entree des enfers.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 27r° [Gallica, N0050715_PDF_60]
(texte original).

[Auernal /-ale /-s. Cauerne, Diane, enfer, ombres, Proser­pine.]

[Garde d’Auerne. Hecate.]

[Voir aussi Acheron, Cerbere, Cocyte, Lethe, Orque, Phlegethon, Styx.]