««« éper­lan »»»

 

~#~














 

Éper­lan. Blanc, argen­té, net, menu, beau, déli­cieux, riva­ger, clair, sain, printa­nier.

Il y a deux sortes d’Éper­lan, l’un est marin et de rivage, l’autre est de rivière. Ce poisson a une blancheur semblable à celle de la Perle, ayant la chair molle et friable, sentant aucu­ne­ment la violette. On le pêche au commen­ce­ment de l’Été, et au commen­ce­ment d’Automne.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 94r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_194]
(texte modernisé).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brème, brochet, carpe, gardon, hareng, lamie, lamproie, lotte, maque­reau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, roussette, saumon, seiche, truite, vairon, vandoise…]






















«««  #  »»»

Esper­lan. Blanc, argen­té, net, menu, beau, deli­tieus, riua­ger, clair, sain, printa­nier.

Il i a deux sortes d’Esper­lan, l’vn est marin & de riuage, l’autre est de riuiere. Ce poisson à vne blancheur semblable à celle de la Perle, aiant la chair molle & friable, sentant aucu­ne­ment la violette. On le pesche au commen­ce­ment de l’Esté, & au commen­ce­ment d’Autonne.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 94r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_194]
(texte original).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brame, brochet, carpe, gardon, haren, lamie, lamproie, lote, maque­reau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, roussette, saulmon, seiche, truite, vandoise, veron…]