««« bord de l’eau »»»

« bord » ou « bords » dans :
Ron­sard
1552
~ Ni voir flamber…
1553
~ Toujours ne tempête…
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
Turrin
1572
~ Comme jadis…
Jo­delle
1574
~ Quel heur Anchise à toi…
Perrin
1574
~ Viens accor­der encor…
Jamyn
1575
~ Combien que l’Océan…
Chante­louve
1576
~ Autant de feuilles vertes…
de Brach
1576
~ Aimée, enfin…
~ Le Loir marque les bords…
Robert Gar­nier
1579
~ Que les rocs Capha­rés…
La Jessée
1583
~ Les Cerfs légers…
~ Le jeune Cerf navré…
Jacques de Romieu
1584
~ Jodelle va louant…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Chassi­gnet
1594
~ Assieds-toi sur le bord…
Grisel
1599
~ Si vous comptez les flots…
Mont­chres­tien
1601
~ Par toi vont commen­cer…

~#~














 



















«««  #  »»»

Bord de l’eau. Sablon­neus, ri­ua­ger, escu­meus, gem­mé, pier­reus, hu­mide, si­nueus, ma­rin, fan­geus, re­son­nant, fluc­tueus, ge­mis­sant, tor­tueus. voi ri­vage.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 38r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_82]
(texte original).

[Abor­dant. Port.]

[Desbor­dant /-ante. Eau, fleuue, Loire, Tybre.]

[Desbor­dé /-ee /-ez /-ees. Aban­don, af­fec­tion, eau, fu­reur, Nil, pail­lar­dise, pas­sions, pu­tain, Sa­tyres, Se­mi­ra­mis, tor­rent, ty­ran, vo­lup­té.]