Description des éditions anciennes d’où sont extraits les poèmes en ligne
 

Œuvres de
Claude Garnier
sur Gallica :

1609

L’Amour victorieux


*

L’Amour victorieux, Paris, 1609.

l’amovr / VICTORIEVS / de cl. garnier / G. Paris. / diuizé en quatre liures. / A Tres-Augustes Princesses / Mesdames Loyse de loraine / Princesse de Conty, & Cathe- / rine de Gonzagves Duchesse de / Longveville. / Plus quelques poëzies tirées des œuures / de l’Autheur. / [Smichros en smichrois, megas en megalois.] / […] / a paris. / Chez Gilles Robinot, tenant sa / boutique au Palais en la gallerie / des Prisonniers. / m.dc.ix.

[Gallica, N0071982]
[PDF_1_516 / 17,7 Mo]

[0] [pages liminaires] [n.p. =PDF_3_18]

Les pages liminaires comprennent une page de titre [PDF_3] ; le sommaire du contenu du présent ouvrage et une épi­gramme de six vers signée P. D. P. [PDF_4] ; un avant-propos de l’auteur en prose [PDF_5_8] ; une page d’aver­tissement touchant les fautes de l’impression [PDF_9] ; une série de poèmes latins de divers auteurs [PDF_10_15] ; un poème « À Monseigneur le Dauphin en faveur de son poète », signé Lescalopier de Brunel, et deux quatrains signés De Grieu [PDF_16_17] ; des vers anonymes « d’une jeune damoi­selle », un quatrain signé Lescalopier de Brunel et un poème de 13 octo­syllabes de l’auteur à son livre [PDF_18].

[1] L’Amour victorieus. [ff. 1r°-121v° =PDF_19_266]

[2] Sonnets tirés de l’Harmonie de l’Auteur. [ff. 122r°-226v° =PDF_267_476]

[0] [pages liminaires] [f° 122r°v° =PDF_267_268]

[1] Sonnets tirés de L’Harmonie. [ff. 123r°-207r° =PDF_269_437]

[124] [2] [2] [sonnet VII] [PDF_272] "non semper imbres…" :
Toujours la nuit obscurément profonde…

[127] [1] [1] [sonnet XIV] [PDF_277] (Or che ’l ciel…) :
Ores les airs et la terre et les Cieux…

[131] [1] [1] [sonnet XXI] [PDF_285] innombrables :
Tant d’Astres clairs ne dansent par la nuit…

[139] [1] [2] [chanson (fin)] [PDF_301] adynata :
Devant que l’attrait belliqueur…

[143] [2] [1] [sonnet LIII] [PDF_310] vision :
Par le milieu d’un pertuis quelquefois…

[150] [2] [1] [sonnet  LXX] [PDF_324] adynata :
Mes ans plus beaux de jour en jour s’empirent…

[159] [1] [2] [sonnet XCII] [PDF_341_342] adynata :
Est-ce inhumaine, ô Dieux, la récompense…

[165] [1] [1] [sonnet CI] [PDF_353_354] Portrait :
Ô beaux yeux bruns ! dont les rais amorcés…

[166] [1] [1] [sonnet CIII] [PDF_355] agréments :
Que de buissons ! que de prés, que de bois…

[166] [2] [1] [sonnet CIV] [PDF_356] innombrables :
Qui peut nombrer les herbes et les fleurs…

[171] [2] [1] [sonnet CXVII] [PDF_366] Portrait :
Soit qu’elle parle, ou bien qu’elle entrelace…

[174] [2] [1] [sonnet CXXIII] [PDF_372_373] Portrait :
Ces feux jumeaux qui sèchent mon orage…

[176] [2] [1] [sonnet CXXVIII] [PDF_376_377] adynata :
Plutôt seront les ondes et les Cieux…

[193] [1] [1] [sonnet CLXVIII] [PDF_409] adynata :
Ni mont, ni roc, ni lande, ni rivière…

[201] [1] [1] [sonnet CXC] [PDF_425] antithèses (Ponmi ove ’l sole…) :
Soit que je vive où le jour se réveille…

[2] Pièces tirées des poèmes de l’Auteur. [ff. 207v°-226v° =PDF_438_476]

[3] Petit Recueil de Poésies. À Monsieur de Nangis. [ff. 227r°-246v° =PDF_477_516]

[0] [épitre liminaire « À Monsieur de Nangis »] [f° 227v° =PDF_478]

[1] [poèmes]

* Les Atomes. À Mademoiselle de Vigenère, 1602. [ff. 238r°-245r° =PDF_499_513]

[241] [2] [1] [PDF_506] innombrables :
Je compterais plus aisément…



En ligne le 05/05/05.
Dernière révision le 11/03/15.