Description des éditions anciennes d’où sont extraits les poèmes en ligne
 

Œuvres de
La Gravière
sur Gallica :

1558

Les Églogues de F. Baptiste Mantouan

*

Les Églogues de F. Baptiste Mantouan, Lyon, 1558.

les / EGLOGVES / DE F. BAPTISTE / mantvan, / Traduites nouuellement de La- / tin en François, / Auec plusieurs autres Composicions Françoises, / à l’imitacion d’aucuns Poëtes Latins, / Par Laurent de la Grauiere. / […] / a lyon, / par iean temporal. / 1558 / Avec privilege dv roy.

[Gallica, N0070562]
[PDF_1_164 / 5,7 Mo]

[0] [pages liminaires] [n.p. =PDF_6_21]

Les pages liminaires comprennent une page de titre [PDF_6] ; une épître dédi­catoire au Vicomte de Joyeuse, de Laurent de La Gravière, son secré­taire, daté de février 1558 [PDF_8_10] ; une adresse au lecteur [PDF_11_16] ; deux distiques latins traduit en un quatrain par B. Aneau [PDF_17] ; une odelette et un sonnet de François Tartaret, Chalonnois, à l’auteur [PDF_18_20] ; deux distiques latins signés Hugo Botonus et un sonnet de Barthé­lémy Baliste, Narbonnois [PDF_20_21].

[1] [Les Églogues] [pp. 1-95 =PDF_22_116]

[1] Première églogue de l’honnête Amour, et heureuse issue d’icelui, où sont entre­parleurs Fortuné et Fauste
[pp. 1-16 =PDF_22_37]

[2] La seconde églogue, de l’amour folle et enragée, où sont entre­parleurs Fauste et Fortuné
[pp. 17-33 =PDF_38_54]

[3] La tierce églogue, de la malheureuse issue d’amour folle, où devisent ensemble Fauste et Fortuné
[pp. 34-50 =PDF_55_71]

[4] La quatrième églogue, faisant mension de la nature des femmes, où sont entre­parleurs Alphe et Jeannet
[pp. 50-73 =PDF_71_94]

La quatrième églogue est précédée d’un quatrain de Charles Fontaine adressé au lecteur. La cinquième églogue n’a pas été traduite, parce qu’elle « parlait irré­vé­remment des princes ».

[6] La sixième églogue, de la diffé­rence d’entre les rustiques et les citoyens, où entre­parlent Corneille et Foulque
[pp. 74-95 =PDF_95_116]

[2] [Autres Compo­sitions Françaises, à l’imi­tation d’aucuns Poètes Latins, et autres poèmes] [pp. 96-140 =PDF_117_161]

[1] Du Latin de Salmon Macrin [un poème et une élégie] [pp. 96-101 =PDF_117_122]

[2] [Épigrammes traduites du latin] [pp. 101-113 =PDF_122_134]

[112] [3] [PDF_133_134] antithèses :
Qu’est-ce qu’Amour ? Ce n’est qu’un feu latent…

[3] [autres Épigrammes] [pp. 113-127 =PDF_134_148]

[113] [2] [PDF_134] adynata :
Trouver le feu sans sa chaleur…

[122] [2] [sonnet] [PDF_143]  :
Phèdre voyant les membres d’Hippolyte…

[4] [Épitaphes, avec quelques sonnets] [pp. 127-140 =PDF_148_161]

Le recueil se termine par un achevé d’imprimer : « À Lyon, / par Jean d’Ogerolles, / 1558. » [n.p. =PDF_163].



En ligne le 08/07/09.
Dernière révision le 03/05/14.