Les antithèses
accumulées
Dernier poème en ligne :
Ronsard : En ma douleur…
 


antithèses
accumulées :
81 textes
L’Ecclésiaste
[1551]
# Temps de naître…
Pétrarque
xivsiècle [1550]
# Pace non trovo… (Canz. 134)
# Ponmi ove ’l sole… (Canz. 145)
Saint-Gelais
1547
~ J’ai trop de peine…
~ Si j’ai du bien…
Peletier
1547
# Paix je ne trouve… (Canz. 134)
1555
~ Plus m’est promis…
~ De vie et mort…
~ Fausse espérance…
~ Plus mes désirs…
~ Si tu n’es Vent…
~ Je deviens las…
Du Bellay
1549
~ La Nuit m’est courte…
Des Autels
1550
~ Je suis le Temps… (L’Ecclésiaste)
1553
~ Quand œuvrerai-je…
Ronsard
1552
~ J’espère et crains… (Canz. 178)
~ Être indigent…
~ En ma douleur…
1578
~ Tant de fois s’appointer…
Baïf
1552
~ Mets-moi au bord… (Canz. 145)
1555
~ Rien étreindre ne puis… (Canz. 134)
Gohory
1554
~ Je suis en paix… (Canz. 134)
Le Caron
1554
~ Cette prison… (Canz. 134)
Fontaine
1555
~ Mon petit fils… (strophes anti­thé­tiques)
Philieul
1555
# Paix je ne trouve… (Canz. 134)
# D’un coup amour… (Canz. 178)
# Mets-moi où est le Soleil… (Canz. 145)
Louise Labé
1555
~ Je vis, je meurs… (Canz. 178)
Pasquier
1555
~ Puisque je vois…
Magny
1557
~ Je cherche paix… (Canz. 134)
La Gravière
1558
~ Qu’est-ce qu’Amour…
Grévin
1560
~ Plus je suis tourmenté…
~ Je suis ferme et dispos…
~ C’est aujourd’hui vertu…
Ellain
1561
~ L’amitié libre…
~ Vouloir être ravi…
Turrin
1572
~ Je me montre hardi…
Jean de La Taille
1573
~ Si jamais gentil­homme…
Desportes
1573
~ Être chaud et glacé…
~ Mettez-moi sur la mer… (Canz. 145)
~ Amour en même instant… (Canz. 178)
Jodelle
1574
~ Je me trouve et me perds…
Goulart
1574
~ Ni le plaisant palais…
~ Ô mal non mal…
~ Je cours, et n’en puis plus…
Chantelouve
1576
~ Avoir grand cœur…
~ Je plains mon mal…
Le Loyer
1576
~ N’espérer qu’une paix… (Canz. 134)
Boyssières
1578
~ Tout à coup je me sens… (Canz. 178)
Hesteau
1578
~ Je ne puis trouver paix… (Canz. 134)
~ Avoir d’un bref repos…
~ Si je vis par la mort…
Marie de Romieu
1581
~ Paix je ne trouve… (Canz. 134)
Courtin de Cissé
1581
~ Je ris, je pleure…
~ D’un chaud désir…
La Jessée
1583
~ J’aime le doux repos…
~ Si je m’attriste…
~ Ô guerre, ô paix…
~ Je meurs vivant…
~ Je vis en paix… (Canz. 134)
~ L’espoir m’enflamme…
~ Mourir d’extrême angoisse…
~ Assuré je m’élève…
~ Quel aise en mon ennui…
Blanchon
1583
~ J’aime la Paix… (Canz. 134)
~ Amour est vie, et mort…
Cornu
1583
~ Tant plus je veux courir…
~ Mon cœur, mon doux souci… (strophes anti­thé­tiques)
Du Buys
1585
~ Tirer de long travail…
Le Poulchre
1587
~ Je n’ai jamais la paix… (Canz. 134)
Du Tronchet
# Touver paix je ne puis… (Canz. 134)
Expilly
1596
~ Ne trouver point de fin…
Lasphrise
1597
~ Je pense en toute chose…
~ Je m’arrête, je cours…
~ Ah beaux tourments…
~ Je le veux appeler…
~ Si j’ai vécu…
Angot
1603
~ Quand je pense être fort…
Maldeghem
1606
# Je n’ai dont faire paix… (Canz. 134)
# Mettez-moi où Phébus… (Canz. 145)
Claude Garnier
1609
~ Soit que je vive… (Canz. 145)

~#~











ci-contre : # Pace non trovo…, 134e poème du Canzoniere de Pétrarque, traduit par Ferdinand de Gramont (1842).

infra : # « Des contra­dictions légitimes en Poésie », Pierre de Deimier, 1610.

Je ne puis trouver la paix et je n’ai pas de quoi faire la guerre ; et je crains et j’espère ; et je brûle et je suis de glace ; et je m’envole au-dessus du ciel et je rampe sur la terre ; et je ne saisis rien et j’embrasse le monde entier.

Quelqu’un m’a mis dans une prison qu’il ne m’ouvre, ni ne me ferme, et sans me retenir pour sien, il ne détache pas mes liens ; et Amour ne me tue ni ne m’ôte mes fers ; et il ne me veut pas vivant, et il ne me tire pas d’embarras.

Je vois sans yeux ; et je n’ai pas de langue et je crie ; et je désire mourir, et je demande secours ; et je me hais moi-même, et je chéris autrui :

Je me repais de douleur ; je ris en pleurant ; la vie et la mort me dé­plaisent éga­lement. Voilà Madame, l’état, où vous me réduisez.

Poésies de Pétrarque, traduction complète par le Comte Ferdinand de Gramont, Paris, 1842, sonnet CIV, p. 101
(traduction repu­bliée chez Gallimard, révisée par Jean-Michel Gardair, dans la collection « Poésie » en 1983).



Pierre de DEIMIER,
L’Académie de l’Art poétique,
Paris, 1610, pp. 551-554,
Gallica, N0108380_PDF_582_585.
Des contradictions légitimes en poésie

…il est besoin de savoir qu’il y a des contra­dictions qui sont du tout bonnes et légitimes en Poésie, et c’est lorsque de propos déli­béré on propose des choses impossibles, l’une à l’autre, comme on peut le voir en cette Stance qui est d’un ancien Poète Italien,

Son muto e parlo, è quando piango io rido,

Son ciecco; veggio, palpo e non ho senso,
Son sordo e sento, e tacio, e sempre grido,
Son privo d’intellecto e sempre penso:
Ognun me inganna e de nessun mi fido,
Nessun m’apprezza, e da ciascun hol censo,
Liber son yo e son prigion d’ognuno,
A tutti servo e non servo à nessuno.

Pétrarque a fait aussi un Sonnet aux Amours de Laure, duquel les quatre premiers vers sont ainsi,

Amor mi sprona in un tempo, e affrena,

Assecura e spaventa, arde, e agghiaccia:
Gradisce e sdegna, à se mi chiama e scaccia,
Hor mi tene in speranza e hor in pena.

Ronsard a imité ce Sonnet au XIIème des Amours de Cassandre, duquel en voici le premier quatrain,

J’espère & crains, je me tais & supplie,
Or je suis glace & ores un feu chaud:
J’admire tout & de rien ne me chaud,
Je me délace & puis je me relie.

Mais Desportes l’a mieux imité au XXVIIème Sonnet des Amours d’Hippolyte: il est admirable entre les plus beaux que l’on saurait jamais faire, et à cette occasion je l’ai mis ici,

Amour en même instant m’aiguillonne & m’arrête,

M’assure & me fait peur, m’ard & me va glaçant:
Me pourchasse & me fuit, me rend faible & puissant,
Me fait victorieux & marche sur ma tête.

Ore bas, ore haut, jouet de la tempête,
Il va comme il lui plaît mon navire élançant:
Je pense être échappé quand je suis périssant,
Et quand j’ai tout perdu je chante ma conquête.

De ce qui plus me plaît je reçois déplaisir,
Voulant trouver mon cœur j’égare mon désir,
J’adore une beauté qui m’est toute contraire.

Je m’empêtre aux filets dont je me veux garder,
Et voyant en mon mal ce qui me peut aider,
Las ! je l’approuve assez mais je ne le puis faire.

Toutefois il est vrai que ces propos de contra­riétés ont plus de grâce lorsqu’ils sont opposés par des raisons que l’on appelle correction, comme quand l’on dit, Je chante mes amours mais plutôt vos beautés. Ô beaux yeux ! mais bien vrais Soleils.



dernière révision le 19/03/17.