Vasquin PHILIEUL (1522-?)
Mets-moi où est le Soleil…
Avignon, Barthélémy Bonhomme, 1555.
ouvrir sur Gallica : livre I, sonnet CXLII, p. 134.

Mets-moi où est le Soleil trop ardent,
Ou, où de froid nul ne peut soulager.
Mets-moi où est son char doux et léger,
Ou, où se lève, ou delà l’Occident.

Mets-moi berger, ou Prince, ou Président,
En bon pays, ou qu’on n’ose héberger,
Ou jeune, ou vieil, ou mets-moi à songer,
Ou à veiller, en lieu plat ou pendant.

Mets-moi au ciel, aux abys, ou en terre,
En haut coteau, en vallée ou marais,
Ou vif, ou mort, ou en paix, ou en guerre,

Clair, ou obscur : toujours tel vous m’aurez
Comme ai été, comme ai vécu vivrai,
Et mes soupirs jà trillustres suivrai.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Mets-moi où est le Soleil trop ardent,
Ou, où de froid nul ne peut soulager.
Mets-moi où est son char doux et léger,
Ou, où se lève, ou delà l’Occident.

Mets-moi berger, ou Prince, ou Président,
En bon pays, ou qu’on n’ose héberger,
Ou jeune, ou vieil, ou mets-moi à songer,
Ou à veiller, en lieu plat ou pendant.

Mets-moi au ciel, aux abys, ou en terre,
En haut coteau, en vallée ou marais,
Ou vif, ou mort, ou en paix, ou en guerre,

Clair, ou obscur : toujours tel vous m’aurez
Comme ai été, comme ai vécu vivrai,
Et mes soupirs jà trillustres suivrai.

 

En ligne le 18/04/09.
Dernière révision le 10/12/11.