Pierre de RONSARD (1524-1585)
Être indigent…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.
ouvrir sur Gallica : Les Amours, p. 42.

Être indigent, et donner tout le sien,
Se feindre un ris, avoir le cœur en plainte,
Haïr le vrai, aimer la chose feinte,
Posséder tout et ne jouir de rien.

Être délivre, et traîner son lien,
Être vaillant, et couarder de crainte,
Vouloir mourir, et vivre par contrainte,
De cent travaux ne recevoir un bien.

Avoir toujours pour un servile hommage,
La honte au front, en la main le dommage :
À ses pensers d’un courage hautain

Ourdir sans cesse une nouvelle trame,
Sont les effets qui logent dans mon âme,
L’espoir douteux, et le tourment certain.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Être indigent, et donner tout le sien,
Se feindre un ris, avoir le cœur en plainte,
Haïr le vrai, aimer la chose feinte,
Posséder tout et ne jouir de rien.

Être délivre, et traîner son lien,
Être vaillant, et couarder de crainte,
Vouloir mourir, et vivre par contrainte,
De cent travaux ne recevoir un bien.

Avoir toujours pour un servile hommage,
La honte au front, en la main le dommage :
À ses pensers d’un courage hautain

Ourdir sans cesse une nouvelle trame,
Sont les effets qui logent dans mon âme,
L’espoir douteux, et le tourment certain.

 

Version de 1553 en ligne le 02/11/05,
remplacée par la version de 1552 le 21/03/17.
Dernière révision le 27/04/17.