««« alose »»»

« Aloses » dans :
Forca­del
1548
~ Je n’esti­mai…

~#~














 

Alose. Arê­teuse, ma­rine, prin­ta­nière, grasse.

Ce pois­son est marin vivant en troupe : Il a force arêtes fâcheuses en man­geant. Au prin­temps et en été entre aux fon­taines et rivières douces, où il s’en­graisse et se fait de molle et meil­leure chair : de sorte que tant plus loin de la mer on le prend il est meil­leur.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 11v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_29]
(texte modernisé).

[Voir aussi able ou ablette, anguille, brème, bro­chet, carpe, cha­bot, éper­lan, gar­don, ha­reng, la­mie, lam­proie, lotte, mo­rue, meu­nier, perche, plie, raie, rou­get, rous­sette, sau­mon, seiche, truite, tur­bot, vai­ron, van­doise…]


 

«««  #  »»»

Alose. Ares­teuse, ma­rine, prin­ta­niere, grasse.

Ce pois­son est marin viuant en troupe : Il a force arestes facheuses en man­geant. Au prin­temps & en esté entre aux fon­taines & riuieres douces, où il s’en­gresse & se fait de molle & meil­leure chair: de sorte que tant plus loing de la mer on le prend il est meil­leur.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 11v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_29]
(texte original).

[Voir aussi able ou ablette, anguille, brame, bro­chet, carpe, cha­bot, esper­lan, gar­don, ha­ren, la­mie, lam­proie, lote, mo­rue, mu­nier, perche, plie, raie, rou­get, rous­sette, saul­mon, seiche, truite, tur­bot, van­doise, ve­ron…]



 

Liens

* On peut regar­der en ligne sur Gallica un « por­trait » de l’alose et lire « De l’alose », source du com­men­taire de La Porte, cha­pitre XII du sep­tième livre, pp. 182-183 de la pre­mière par­tie de L’His­toire entière des Pois­sons, avec leurs por­traits au naïf, de Guil­laume Ron­de­let, pu­bliée à Lyon en 1558.

Liens valides au 21/03/21.