Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« baleine »»»

« baleines » ou « baleine » dans :
Magny
1557
~ Doncques il sera vrai…
La Jessée
1583
~ Plutôt en paix…

~#~














 

Baleine. Monstrueuse, très-grande, marine ou mari­nière, hideuse, vaste, cétacée, merveil­leuse, océ­a­nique.

La Baleine est un poisson de mer si grand, qu’il s’en trouve en la mer des Indes (ce dit Pline) [en marge : Plin. li. 9 chap. 3] qui ont quatre arpents de terre de long : Toutefois l’auto­rité d’un si grand person­nage ne me le saurait faire croire.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 31r° [Gallica, N0050715_PDF_68]
(texte modernisé).

[Voir aussi dauphin.]























Baleine. Monstrueuse, tresgrande, marine ou mari­niere, hideuse, vaste, cetacee, merueil­leuse, oce­a­nique.

La Baleine est vn poisson de mer si grand, qu’il s’en treuue en la mer des Indes (ce dit Pline) [en marge : Plin. li. 9. chap. 3.] qui ont quatre arpens de terre de long : Toutesfois l’autho­rité d’vn si grand person­nage ne me le sçauroit faire croire.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 31r° [Gallica, N0050715_PDF_68]
(texte original).

[Voir aussi dauphin.]