««« nau, navi­re ou nef »»»

« nef » ou « nefs », « navire » ou « naus » dans :
Forca­del
1548
~ Un clair soleil…
Pele­tier
1555
~ Celui qui fait aux champs…
Baïf
1555
~ À rames voguera…
1573
~ Ore de mal en bien…
Magny
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
Des­portes
1573
~ Amour en même instant…
Jamyn
1575
~ Combien que l’Océan…
La Jessée
1583
~ Qu’on nombre l’Ost…
Blan­chon
1583
~ Le Printemps gra­cieux… [strophes 8 et 15]
Cornu
1583
~ Le tonnerre pressé…
Du Monin
1585
~ Yeux pur cristal d’amour…
Le Gay­gnard
1585
~ D’un destin ordonné…
Sponde
1588
~ Tout s’enfle contre moi…

~#~
















¶ « le sapin tabourdé d’un Ouest inconstant » (Certon) : le navire heurté par le vent d’Ouest.
 

Nau, Nave, Navire ou Nef. Voya­gère, pro­fonde, che­val de mer, large, encor­dée, frêle, passa­gère, empou­pée, mar­chande, flot­tante, regol­dron­née, c.-à-d. pois­sée, belli­queuse, pois­son­nière, agi­tée, courbe, légère, cal­feu­trée, mari­nière, voilée, longue, armée, vogante, jouet des ondes, équi­pée.

Navire est mascu­lin et fémi­nin.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 175r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_356_357]
(texte modernisé).

[Naval. Cri.]

[Porte-navire. Eau.]

[Voir aussi barque, bateau, nacelle et poupe.]






















«««  #  »»»

Nau, Naue, Nauire ou Nef. Voia­gere, pro­fonde, che­ual de mer, large, encor­dee, fraile, passa­gere, empoup­pee, mar­chande, flo­tante, regol­dron­nee, I. pois­see, belli­queuse, poisson­niere, agi­tee, courbe, legere, cal­feu­tree, mari­niere, voilee, longue, armee, vogante, iouet des ondes, equip­pee.

Nauire est mascu­lin & femin.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 175r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_356_357]
(texte original).

[Naual. Cri.]

[Porte-nauire. Eau.]

[Voir aussi barque, bateau, nasselle et pouppe.]