Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Catulle »»»

« Catulle » ou « l’esprit Catullien » dans :
Tahureau
1554 [1870]
~ Si d’un Horace…
Tyard
1555
~ En la froideur…

~#~














 

Catulle. Mignard, lascif, chatouilleux, docte, sucré, mordant, ingé­nieux, disert, poignant, mielleux, blandis­sant.

Catulle poète véronais a été en sa poésie lascif et mordant, n’ayant pas même pardonné à César. Il termina ses jours à Rome.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 49r° [Gallica, N0050715_PDF_104]
(texte modernisé).

[Voir aussi Horace, Juvénal, Lucrèce, Martial, Ovide, Tibulle, Virgile…]























Catule. Mignard, lascif, chatoüilleus, docte, succré, mordant, inge­nieus, disert, poignant, mielleus, blandis­sant.

Catule poëte veronois a esté en sa poësie lascif & mordant, n’aiant pas mesmes pardonné à Cæsar. Il termina ses iours à Romme.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 49r° [Gallica, N0050715_PDF_104]
(texte original).

[Voir aussi Horace, Iuuenal, Lucrece, Martial, Ouide, Tybulle, Virgile…]