««« bouc »»»

« bouc » ou « boucs » dans :
Jean de La Taille
1573
~ Ô cœur ingrat…
Hes­teau
1578
~ Plutôt on pourra voir…
Cornu
1583
~ Plutôt au ciel astré…
~ Avant que Pheli­pot…
Mont­chres­tien
1601
~ Par toi vont com­men­cer…

~#~














 

Bouc. Ronge-pampre, cor­nu, bar­bu ou bar­basse, velu, ronge-vigne, allègre, pail­lard, l’hon­neur des trou­peaux, sau­te­lant, heur­teur, cos­seux, bon­dis­sant, porte-barbe, puant, las­cif, folâtre.

Le Bouc ancien­ne­ment était le loyer du poète tra­gique.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 38r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_82]
(texte modernisé).

[Bouquin /-ine /-s. Che­vreau, haleine, Pan, Satyres.]

[Bouquineux. Che­vreau.]

[Pied de bouc. Pan.]

[Voir aussi chèvre, chevrier et dia­mant, ainsi que bétail.]


 

«««  #  »»»

Bouc. Ronge-pampre, cor­nu, bar­bu ou bar­basse, velu, ronge-vigne, alaigre, pail­lard, l’hon­neur des tro­peaus, sau­te­lant, heur­teur, cos­seus, bon­dis­sant, porte-barbe, puant, las­cif, fo­lastre.

Le Bouc ancien­ne­ment estoit le loïer du poete tra­gique.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 38r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_82]
(texte original).

[Bouquin /-ine /-s. Che­ureau, haleine, Pan, Satyres.]

[Bouquineus. Che­ureau.]

[Pied de bouc. Pan.]

[Voir aussi cheure, cheurier et dia­mant, ainsi que bes­tiail.]