Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« prêtresses »»»

« Prêtresse » dans :
Chandieu
1563
~ Ta Poésie, Ronsard…

~#~














 

Prêtresses. Vineuses, folles, bègues, éche­ve­lées, antiques, sorcières, trépi­gnantes, massy­liennes, vieilles, hurlantes, enchan­te­resses, furieuses, impa­tientes, enra­gées, marmot­tantes, bacchides, insen­sées, bégayantes, rechi­gnées, cybé­liennes, grondantes, force­nées, chenues, saute­lantes, agi­tées, phébé­annes, courantes, anciennes, béantes, mâche-laurier, c.-à-d. prophètes ou prophé­tisses.

Car voulant prophé­ti­ser et chanter les oracles, elles mangeaient du Laurier, et s’en couron­naient aussi, afin qu’Apol­lon qui aime cet arbre prenant plaisir à leur haleine et à leur regard leur envoyât plus aisé­ment l’esprit prophé­tique.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 217r°v° [Gallica, N0050715_PDF_440_441]
(texte modernisé).























Prestresses. Vineuses, folles, begues, esche­ue­lees, antiques, sorcieres, trepi­gnantes, massi­liennes, vieilles, hurlantes, enchan­te­resses, furieuses, impa­tientes, enra­gees, marmo­tantes, bacchides, insen­sees, begaiantes, rechi­gnees, cybe­liennes, grondantes, force­nees, chenuës, saute­lantes, agi­tees, phebe­annes, courantes, anciennes, beantes, mache-laurier, I. prophetes ou prophe­tisses.

Car voulans prophe­ti­ser & chanter les oracles, elles mangeoient du Laurier, & s’en couron­noient aussi, afin qu’Apol­lon qui aime cet arbre prenant plaisir à leur haleine & à leur regard leur enuoiast plus aise­ment l’esprit prophe­tique.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 217r°v° [Gallica, N0050715_PDF_440_441]
(texte original).