««« Pria­pe ou Pria­pus »»»

« Pria­pe » dans :
La Jessée
1583
~ Si les Nochers sauvés…

~#~














 

Priape ou Priapus. Rouge, lascif, dieu des jardins, vieil, lampsa­cide, allègre, père germeux, infâme, rougis­sant, roi de géné­ra­tion, bacchide, amou­reux, impu­dique, véné­rien, honteux, antique, sale, jardi­nier, décou­vert.

Priape fils de Bacchus et de Vénus a été révé­ré comme Dieu des jardins par la super­sti­tieuse anti­qui­té, et avait son temple à Lampsaque ville fameuse, assise près du détroit helles­pon­tique, laquelle on dit même être le lieu de sa naissance. On lui immo­lait l’Âne, pource que voulant avoir la compa­gnie de la nymphe Lotis qui dormait sur l’herbe, de malen­contre l’Âne duquel était porté Silène fit si grand bruit, qu’en se réveil­lant elle s’écria, et avec les mains repous­sa Priape, qui servit à tous les assis­tants d’une longue risée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 218r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_442]
(texte modernisé).

[Voir aussi vit.]






















«««  #  »»»

Priape ou Priapus. Rouge, lascif, Dieu des iardins, vieil, lampsa­cide, alaigre, pere germeus, infame, rougis­sant, roi de gene­ra­tion, bacchide, amou­reus, impu­dique, vene­rien, honteus, antique, sale, iardi­nier, descou­uert.

Priape fils de Bacchus & de Venus a esté reue­ré comme Dieu des iardins par la super­sti­tieuse anti­qui­té, & auoit son temple à Lampsaque ville fameuse, assise pres du destroit helles­pon­tique, laquelle on dit mesmes estre le lieu de sa naissance. On lui immo­loit l’Asne, pource que voulant auoir la compa­gnie de la nymphe Lotis qui dormoit sur l’herbe, de malen­contre l’Asne duquel estoit porté Silene fit si grand bruit, qu’en se reueil­lant elle s’écria, & auec les mains repous­sa Priape, qui seruit à tous les assis­tans d’vne longue risee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 218r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_442]
(texte original).

[Voir aussi vit.]