Rémy BELLEAU (1528-1577)
Le rocher, ni la tempête…
Paris, Gilles Gilles, 1565.

Laisse le ciel belle Astrée,
En France tant désirée,
Viens faire ici ton séjour,
À ton tour,
Assez les flammes civiles
Ont couru dedans nos villes,
Sous le fer, et la fureur,
Assez la pâle famine,
Et la peste et la ruine,
Ont ébranlé ton bonheur.

Le rocher, ni la tempête,
Toujours ne pend sur la tête
Du pilote pâlissant,
Frémissant,
La nue épaisse en fumée,
Toujours ne se fend armée
De feu, de soufre, et d’éclair,
Quelquefois après l’orage
Elle fourbit le nuage,
Et le rend luisant et clair.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Laisse le ciel belle Astrée,
En France tant désirée,
Viens faire ici ton séjour,
À ton tour,
Assez les flammes civiles
Ont couru dedans nos villes,
Sous le fer, et la fureur,
Assez la pâle famine,
Et la peste et la ruine,
Ont ébranlé ton bonheur.

Le rocher, ni la tempête,
Toujours ne pend sur la tête
Du pilote pâlissant,
Frémissant,
La nue épaisse en fumée,
Toujours ne se fend armée
De feu, de soufre, et d’éclair,
Quelquefois après l’orage
Elle fourbit le nuage,
Et le rend luisant et clair.

[…] 

 

En ligne le 12/01/21.
Dernière révision le 12/01/21.