Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Salel »»»

 

~#~














 

Salel. Quercinois Homère, grec-français, docte, fameux, haut-bruyant, grave, trompette poétique.

Celui qui aura vu l’Iliade d’Homère, traduite divi­nement en vers français par Hugues Salel natif de Quercy, et saura le temps auquel ce poète excellent mit la main à la plume, il confes­sera avec moi que de tous ceux qui alors écrivaient en poésie, nul ne lui était compa­rable. Le roi François premier du nom pour la récom­pense de ses labeurs, lui donna l’abbaye de Saint-Chéron près de Chartres, de laquelle étant pourvu il ne vit jamais les talons de son successeur.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 237r° [Gallica, N0050715_PDF_480]
(texte modernisé).

[Voir aussi Baïf, Belleau, Buttet, Des Autels, Dorat, Du Bellay, Jodelle, La Péruse, Magny, Muret, Peletier, Ronsard, Sainte-Marthe, Scève, Tahureau, Tyard ; voir encore Corinne, Homère, Sappho ainsi que Catulle, Horace, Ovide, Virgile et Pétrarque.]























Salel. Quercinois Homere, Grec-françois, docte, fameus, haut-bruiant, graue, trompette poëtique.

Celui qui aura veu l’Iliade d’Homere, traduite diui­nement en vers françois par Hugues Salel natif de Quercy, & sçaura le temps auquel ce poëte excellent mit la main à la plume, il confes­sera auec moi que de tous ceux qui alors escriuoient en poësie, nul ne lui estoit compa­rable. Le roi François premier du nom pour la recom­pense de ses labeurs, lui donna l’abbaye de S.Cheron pres de Chartres, de laquelle estant pourueu il ne vit iamais les talons de son successeur.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 237r° [Gallica, N0050715_PDF_480]
(texte original).

[Voir aussi Aurat, Baif, Bellay, Belleau, Buttet, Des Autels, Iodelle, Magni, Muret, Pelletier, Peruse, Pontus de Thiard, Ronsard, Saincte Marthe, Sceue, Tahureau ; voir encore Corinne, Homere, Sapphon ainsi que Catule, Horace, Ouide, Virgile et Petrarque.]