««« lyon »»»

« Lyon » dans :
Boys­sières
1579
~ Apollon radieux…

~#~














 

Lyon. Forte, an­cienne, noble, rem­part de la France, peu­plée ou po­pu­leuse, mar­chande, soi­tière, plai­sante, belle, fa­meuse, riche, ville-fron­tière, inex­pu­gnable.

Lyon est une des plus renom­mées villes de la France, et qui main­te­nant lui sert de bou­le­vard. Elle tient par­tie de la mon­tagne, par­tie du plat pays : Du côté de la mon­tagne elle regarde le pays de Forez, et a pour ses bornes la rivière de Saône, qui est fort douce et lente, sur laquelle y a un pont qui joint les deux par­ties de la ville : Du côté du plat pays elle a son aspect sur le Dau­phi­né, duquel la sépa­ra­tion se fait par le Rhône, fleuve fort vio­lent et impé­tueux, et est con­jointe par un pont fort ample, finis­sant au bourg nom­mé la Guil­lo­tière. Plu­sieurs nations étranges abordent et tra­fiquent ordi­nai­re­ment en cette ville, à cause de ses quatre foires annuelles, et pource qu’elle est située presque au milieu de l’Europe, tel­le­ment que de là on peut faci­le­ment trans­por­ter toutes sortes de mar­chan­dises en quelque part du monde qu’on vou­dra.
On use de ce mot au mas­cu­lin et fémi­nin.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 154r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_314]
(texte modernisé).

[Lyonnais /-aise. Rhône, Saône, Scève.]

[Voir aussi Blois, Paris, ainsi que Rome, Venise…]


 

«««  #  »»»

Lyon ou Lion. Forte, an­cienne, noble, rem­part de la France, peu­plee ou po­pu­leuse, mar­chande, soi­tiere, plai­sante, belle, fa­meuse, riche, ville-fron­tiere, inex­pu­gnable.

Lyon est vne des plus renom­mees villes de la France, & qui main­te­nant lui sert de bou­le­uert. Elle tient par­tie de la mon­tagne, par­tie du plat païs : Du costé de la mon­tagne elle regarde le païs de Forest, & a pour ses bornes la riuiere de Saone, qui est fort douce & lente, sur laquelle y a vn pont qui ioint les deux par­ties de la ville : Du costé du plat païs elle à son aspect sur le Dau­phi­né, duquel la sepa­ra­tion se fait par le Rhosne, fleuue fort vio­lent & impe­tueus, & est con­iointe par vn pont fort ample, finis­sant au bourg nom­mé la Guil­lo­tiere. Plu­sieurs nations estranges abordent & traf­fiquent ordi­nai­re­ment en ceste ville, à cause de ses quatre foires annuelles, & pource qu’elle est situee presque au milieu de l’Europe, tel­le­ment que de la on peut faci­le­ment trans­por­ter toutes sortes de mar­chan­dises en quelque part du monde qu’on vou­dra.
On vse de ce mot au masc. & femi.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 154r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_314]
(texte original).

[Lionnois /-oise. Rhosne, Saone, Sceue.]

[Voir aussi Blois, Paris, ainsi que Rome, Venise….]