Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Belleau »»»

« Belleau » dans :
Ronsard
1560
~ Ce beau corail…
Grévin
1560
~ L’Amour nous point, nous brûle…

~#~














 

Belleau. Nourrisson des Muses, divin, prudent, accort, bien-disant, truchement de Ronsard, taci­turne.

Rémy de Belleau gentil­homme français, au jugement des plus doctes est l’un de ceux qui par ses œuvres poétiques, et le commen­taire qu’il a fait sur la seconde partie des Amours de Ronsard, a grandement enrichi notre langue française. Davan­tage l’inté­grité de sa vie conforme à son éru­dition singu­lière, l’a fait choisir pour gouverner et instruire la noble jeunesse de Monseigneur le Marquis d’Albeuf : Prince à la vérité lequel déjà pour les rares vertus qui reluisent en lui, se rend à un chacun admi­rable et aimable.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 34r° [Gallica, N0050715_PDF_74]
(texte modernisé).

[Voir aussi poète et Baïf, Buttet, Des Autels, Dorat, Du Bellay, Jodelle, La Péruse, Magny, Muret, Peletier, Pétrarque, Ronsard, Sainte-Marthe, Salel, Scève, Tahureau, Tyard ; voir encore Corinne, Homère, Sappho ainsi qu’Horace, Ovide, Virgile et Pétrarque.]























Belleau. Nourrisson des Muses, diuin, prudent, accort, bien-disant, truchement de Ronsard, taci­turne.

Remi de Belleau gentil­homme françois, au iugement des plus doctes est l’vn de ceux qui par ses œuures poëtiques, & le commen­taire qu’il a fait sur la seconde partie des amours de Ronsard, a grandement enrichi nostre langue françoise. Dauan­tage l’inté­grité de sa vie conforme à son eru­dition singu­liere, l’a fait choisir pour gouuerner & instruire la noble ieunesse de Monseigneur le Marquis d’Albeuf: Prince à la verité lequel des-ia pour les rares vertus qui reluisent en lui, se rend à vn chacun admi­rable & aimable.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 34r° [Gallica, N0050715_PDF_74]
(texte original).

[Voir aussi poete et Aurat, Baif, Bellay, Buttet, Des Autels, Iodelle, Magni, Muret, Pelletier, Peruse, Pontus de Thiard, Ronsard, Saincte Marthe, Salel, Sceue, Tahureau ; voir encore Corinne, Homere, Sapphon ainsi qu’Horace, Ouide, Virgile et Petrarque.]