««« Co­rinne »»»

« Co­rinne » dans :
Tahu­reau
1554 [1870]
~ Si d’un Horace…
Jo­delle
1574
~ Sapphon la docte Grecque…
Blan­chon
1583
~ Si ma plume pouvait…
Pas­quier
1610
~ Que Laure soit…

~#~














 

Corinne. Savante, belle, tana­gré­anne, poète ou poé­te­resse, ancienne.

Corinne a été le nom de trois dames doctes en poé­sie : l’une Thé­baine fille d’Arché­lo­dore et de Pro­cra­tie, la­quelle on dit plu­sieurs fois avoir sur­mon­té Pin­dare : l’autre Thes­pienne gran­de­ment célé­brée par les anciens : La troi­sième vivait au temps d’Ovide, et fut de lui fort aimée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 68r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_142]
(texte modernisé).

[Voir aussi Homère, Lyco­phron, Sap­pho et Ché­rile ; voir encore Catulle, Horace, Tibulle, Vir­gile ainsi que Pé­trarque et Baïf, Belleau, Buttet, Des Autels, Dorat, Du Bel­lay, Jo­delle, La Péruse, Magny, Muret, Pele­tier, Sainte-Marthe, Salel, Scève, Tahu­reau, Tyard ; voir enfin Cas­sandre, Lalage, Laure, Mé­line.]






















«««  #  »»»

Corinne ou Corynne. Sca­uante, belle, tana­gre­anne, poete ou poe­te­resse, ancienne.

Corynne a esté le nom de trois dames doctes en poe­sie: l’vne The­baine fille d’Arche­lo­dore & de Pro­cra­tie, la­quelle on dict plu­sieurs fois auoir sur­mon­té Pin­dare : l’autre Thes­pienne [« Thes­bienne »] gran­de­ment cele­bree par les an­ciens : La troi­siesme viuoit au temps d’Ouide, & fut de lui fort aimee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 68r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_142]
(texte original).

[Voir aussi Homere, Lyco­phron, Sap­phon et Che­rile ; voir encore Catule, Horace, Tybulle, Vir­gile ainsi que Pe­trarque et Aurat, Baif, Bel­lay, Belleau, Buttet, Des Autels, Iodelle, Magni, Muret, Pel­le­tier, Peruse, Pon­tus de Thiard, Saincte Marthe, Salel, Sceue, Tahu­reau ; voir enfin Cas­sandre, Lalage, Laure, Me­line.]