Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Scève »»»

« Scève » dans :
Bugnyon
1557
~ Macrin sa Gélonis…

~#~














 

Scève. Divin, lyonnais, gentil, ornement de la France.

Maurice Scève natif de Lyon a fait paraître des premiers l’affection qu’il portait à notre langue Française par la publi­cation de sa Délie, combattant cette monstru­euse igno­rance poé­tique laquelle régnait de son temps.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 241r° [Gallica, N0050715_PDF_488]
(texte modernisé).

[Voir aussi Baïf, Belleau, Buttet, Des Autels, Dorat, Du Bellay, Jodelle, La Péruse, Magny, Muret, Peletier, Ronsard, Sainte-Marthe, Salel, Tahureau, Tyard ; voir encore Corinne, Homère, Sappho ainsi que Catulle, Horace, Ovide, Virgile et Pétrarque.]























Sceue. Diuin, lionnois, gentil, ornement de la France.

Maurice le Sceue natif de Lion a fait paroistre des premiers l’affection qu’il portoit à nostre langue Françoise par la publi­cation de sa Delie, combatant ceste monstrueuse igno­rance poëtique laquelle regnoit de son temps.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 241r° [Gallica, N0050715_PDF_488]
(texte original).

[Voir aussi Aurat, Baif, Bellay, Belleau, Buttet, Des Autels, Iodelle, Magni, Muret, Pelletier, Peruse, Pontus de Thiard, Ronsard, Saincte Marthe, Salel, Tahureau ; voir encore Corinne, Homere, Sapphon ainsi que Catule, Horace, Ouide, Virgile et Petrarque.]